Les jeunes souvent confrontés à la violence

InternetContenus violents ou à caractère sexuel, discrimination, atteinte à la sphère privée: internet n'est pas sans danger et les jeunes y sont aussi exposés.

Les jeunes accèdent à internet principalement avec leur smartphone.

Les jeunes accèdent à internet principalement avec leur smartphone. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Selon une étude, plus de 90% des 15-16 ans ont déjà été confrontés au moins une fois à une situation à risque sur la Toile.

Ce taux croit avec l'âge. Si un élève de 9-10 ans sur quatre indique s'être retrouvé dans une telle situation, cette proportion passe à un sur deux dans la catégorie des 11-12 ans et à près de neuf sur dix (88%) chez les 13-14 ans, selon l'étude EU Kids Online Suisse, publiée jeudi.

Toutes catégories d'âge confondues, le risque le plus fréquent est de tomber sur des contenus problématiques générés par d'autres utilisateurs. Ils peuvent par exemple être violents, haineux ou montrer la consommation de drogues ou d'autres comportements à risque. Viennent ensuite les représentations à caractère sexuel et les contacts avec les personnes inconnues.

Contenus à caractère sexuel

Un peu plus d'un tiers (35%) des jeunes indiquent avoir déjà vu des représentations à caractère sexuel. Dans le détail, ce phénomène ne touche que très peu les plus jeunes (4% des 9-10ans) mais fortement les 15-16 ans (63%).

En outre, on a demandé à près d'une fille sur quatre (24%) et un garçon sur cinq (18%) de fournir des informations à caractère sexuel alors qu'ils ne le souhaitaient pas. Ce pourcentage augmente clairement avec l'âge: il passe de 2% chez les 11-12 ans à 41% chez les 15-16 ans.

Contacts avec des inconnus

Un tiers de jeunes (34%) a déjà eu des contacts avec des personnes inconnues sur internet et 15% ont déjà rencontré une personne dont ils ont fait la connaissance en ligne. Ces phénomènes touchent très peu les plus jeunes et surtout les 15-16 ans. Pour la plupart, ces rencontres ont constitué des expériences positives ou neutres, écrivent les auteurs.

Quant au cyberharcèlement, il concerne 1% à 5% des élèves interrogés. Contrairement à d'autres risques dont la prévalence augmente fortement avec l'âge, son taux est plus ou moins semblable pour toutes les catégories d'âges. Si la plupart des victimes en parlent à un ami, 16% ne disent rien à personne.

Le smartphone est devenu le principal appareil d'accès à internet et cela n'est pas sans poser problème. Les 9-10 ans sont déjà 49% à en utiliser un au moins une fois par semaine pour aller en ligne. Les auteurs de l'étude notent que, pour neuf des quatorze risques examinés, l'utilisation du smartphone a une influence significative sur la survenue du risque.

Musique et vidéo

Les jeunes ont également été questionnés sur leurs activités favorites sur Internet, qu'ils effectuent au moins une fois par semaine. Ecouter de la musique et regarder des vidéos arrivent en tête. Ces deux activités ont été mentionnées par respectivement 77% et 75% des sondés.

Viennent ensuite, à égalité (59%), les réseaux sociaux et communiquer avec ses amis ou sa famille. De plus, un quart des 9-10 ans et deux tiers des 15-16 ans utilisent régulièrement internet pour faire leurs devoirs.

Pour cette étude, 1026 élèves âgés de 9 à 16 ans, issus de 67 classes romandes et alémaniques, ont été interrogés sur leur utilisation d'Internet. (ats/nxp)

Créé: 23.05.2019, 10h27

Articles en relation

L'UE hausse le ton contre la cybercriminalité

Internet Bruxelles va créer une liste noire assortie de sanctions contre les auteurs de cyberattaques menées depuis l'extérieur de l'UE Plus...

Un réseau mondial de cybercriminels démantelé

Cybercriminalité Des pirates informatiques ont dérobé 100 millions de dollars en Europe et aux Etats-Unis, à l'aide de fausses factures piégées. Plus...

Cyberrisques: le Conseil fédéral dévoile son plan

Confédération Le Conseil fédéral a décidé de créer 24 postes à partir de 2020 destinés à la cybersécurité. Un Office central de lutte contre la cybercriminalité est envisagé. Plus...

La police aura son centre de cybercriminalité

Suisse romande La Conférence latine des chefs de département de justice et police donne le feu vert à la création d'une unité spécialisée dans la détection des crimes numériques. Plus...

La criminalité sur le web a explosé

Sécurité La cybercriminalité a augmenté dans toute la Suisse. Un indicateur précis doit encore voir le jour. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...