Passer au contenu principal

SuisseJacques Pitteloud est blanchi par le TPF

L'ambassadeur était accusé de corruption par des hommes d'affaires kényans. Le Tribunal pénal fédéral l'a blanchi.

Archive/Photo d'illustration, Keystone

Jacques Pitteloud, nommé la semaine passée à la représentation suisse à Washington, a été blanchi par le Tribunal pénal fédéral des accusations portées en 2015 par des hommes d'affaires kényans. Le recours de ces derniers a été rejeté jeudi.

Ancien ambassadeur de Suisse au Kenya, Jacques Pitteloud était accusé de tentative de contrainte, abus d'autorité et violation du secret de fonction. La plainte pénale des deux Kényans a été classée en mars 2016 par le Ministère public de la Confédération.

Dans un arrêt publié jeudi, le Tribunal pénal fédéral a rejeté le recours des deux hommes d'affaires. Le Département fédéral des affaires étrangères et Jacques Pitteloud ont exprimé leur satisfaction.

Affaire de corruption

L'affaire remonte au printemps 2014: le Valaisan était accusé d'être intervenu dans une affaire de corruption alors qu'il était en poste à Nairobi. Soupçonnés eux-mêmes de corruption, les deux accusateurs avaient mis en cause l'ambassadeur. Selon eux, il aurait promis d'intercéder en leur faveur contre le versement d'une importante somme d'argent.

La Cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral constate que Jacques Pitteloud pouvait considérer, après avoir consulté le Ministère public de la Confédération et de hauts représentants du gouvernement kényan, que sa démarche était légale. Le tribunal reconnaît cependant que le ton utilisé par l'ambassadeur était «extrêmement pressant et non exempt de sous-entendus».

Jacques Pitteloud a été nommé la semaine dernière ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire aux Etats-Unis. Il entrera en fonctions dès qu'il aura reçu l'agrément de Washington.

Né en 1962, le Valaisan a occupé dès 2000 le poste de coordinateur du Service de renseignements de la Confédération. En 2006, il est entré au service du Département fédéral des affaires étrangères et a été nommé en 2010 ambassadeur au Kenya. (décision BB.2018.65-66 du 19 décembre 2018)

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.