«J’espère que nous laisserons derrière nous notre amour pour la vie»

Fête des vignerons Les auteurs de la Fête reviennent sur les moments marquant de cette édition 2019.

«J’ai appris les coutumes et les secrets de la région», nous glisse Daniele Finzi Pasca.

«J’ai appris les coutumes et les secrets de la région», nous glisse Daniele Finzi Pasca. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que l'émotion remplissait l'arène dimanche lors de l'ultime représentation de la Fête des vignerons 2019, que les figurants se tombaient dans les bras les uns des autres en pleurant à chaudes larmes, c'était là le point final d'années de préparation et de travail acharné pour les créateurs de ce spectacle unique.

À l'heure du bilan, ceux qui ont imaginé de toutes pièces ces trois semaines de magie nous confient leurs états d'âme et leurs souvenirs les plus forts de cette édition d'ores et déjà historique.


Daniele Finzi Pasca, créateur et metteur en scène

Ma principale satisfaction, c’est que je suis venu ici comme un nomade, j’ai mis les rideaux, j’ai appris les coutumes et les secrets de la région… Nous recommencerons dans quelques jours et j’espère que nous laisserons derrière nous notre amour pour la vie, notre poésie, les arômes et les saveurs de nos rêves.


Bryn Walters, chorégraphe

Plutôt qu’un seul moment fort, moi je retiens cet amour général des gens du lieu de participer à cette Fête. Beaucoup s’y préparent longtemps auparavant et l’attendent durant des années. Il est rare de voir un tel engouement. À mon sens, c’est unique. Pour ma part, je n’ai jamais vu ça ailleurs.


Maria Bonzanigo, compositrice principale

Ce jour-là, il pleuvait des cordes et pour ne pas perdre complètement le temps de répétition, j’ai passé le spectacle en revue avec les chœurs en leur donnant les indications de sortie et d’entrée sur scène. Ils ont fait tous les déplacements concentrés, sans broncher. À la fin, je leur ai dit qu’ils pouvaient se mettre au sec. Au lieu de partir, ils ont demandé de chanter! C’est ainsi que, sous la pluie, nous avons chanté «Les trois soleils».


Stéphane Blok, librettiste

Ce type de question m’embarrasse, je n’ai pas de couleur préférée, pas de meilleur ami. Mais disons que dans les loges, pendant le spectacle, j’ai trouvé génial par exemple que les enfants qui montaient sur scène pour chanter passaient vers moi au préalable pour me taper dans les mains avant de s’élancer devant 20'000 personnes.


Jérôme Berney, compositeur

Je pense au final. Le mandat était clair: les gens devaient avoir envie de se lever et de danser. Alors je ne me suis pas lassé de vivre cette évidence pas si évidente et de voir 20'000 personnes partager cette émotion. Elle est si joyeuse, si explosive sur des rythmes percussifs qui ne sont ni vraiment brésiliens ni vraiment africains. C’est du jazz et c’est un peu toute ma vie qui est là. J’en suis fier et je vais m’en souvenir toute ma vie.


Hugo Gargiulo, scénographe

Je me souviens de la nuit où l’on a vu le plancher LED s’allumer pour la première fois. Alors que les premières images sortaient, un très beau silence s’est créé. Nous nous sommes tous réunis autour, comme si nous étions devant un feu de camp, et tout le monde avait le regard d’un enfant.


Giovanna Buzzi, costumière

Je suis encore tellement dans cette Fête que tout tournoie dans mon esprit. Il me faudra du temps pour «digérer» tout ça. Mais il y a une chose que j’adore, c’est vrai, c’est venir voir l’entrée en scène des Cent pour Cent avec leurs petits chevaux. Là, c’est la dernière fois, je n’allais pas manquer ça et je suis même venue avec ma famille.


Valentin Villard, compositeur

Alors que je suivais une représentation depuis l’entrée nord, j’ai entendu les vaches et je suis descendu. J’y ai rencontré un ami de Charmey dont je ne savais pas qu’il devait mener le troupeau. Il m’a présenté sa vache Gloria et j’ai renoué avec des sensations de garçon de chalet, quand j’avais 10 ans. Dans un registre plus romantique, cette Fête aura été marquée par une déclaration d’amour que j’ai faite à une choriste croisée au bord du lac.


Blaise Hofmann, librettiste

Pendant la Fête, j’ai proposé à des amis de visiter les coulisses. J’ai beaucoup apprécié de pouvoir partager le spectacle avec eux, leur raconter ce qu’il représente. J’ai aussi été pris par l’aspect intergénérationnel de la démarche qui symbolise le cœur du spectacle et de la Fête.

Créé: 12.08.2019, 07h11

(Video: ALINE ECUYER)

Articles en relation

«Une folie unique au monde»

Fête des vignerons L’édition 2019 bat tous les records de fréquentation: un million de visiteurs et 375'000 spectateurs. Ses organisateurs se disent «fatigués, mais heureux». Plus...

Les vibrants adieux du dernier jour de Fête

Fête des Vignerons Pris entre larmes de joie et de tristesse, les 5500 acteurs-figurants, les techniciens et l’équipe artistique ont tout fait pour prolonger la magie de ces trois dernières semaines. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.