Il ne sera pas interné à sa libération

Tribunal fédéralLe TF refuse d'interner l'homme qui avait jeté son enfant du 3e étage. L'individu condamné à dix ans de prison pour son geste devrait sortir en juin 2019.

Tribunal fédéral.

Tribunal fédéral. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le père qui avait jeté sa fille depuis le troisième étage ne sera pas interné à sa libération en juin 2019 après dix ans de prison. Le Tribunal fédéral a rejeté la demande du Ministère public neuchâtelois.

Les faits s'étaient déroulés en ville de Neuchâtel le 15 juin 2009. Le condamné, un ancien boxeur marocain, avait jeté sa fillette de six ans depuis le balcon de l'appartement situé à une dizaine de mètres du sol. La malheureuse avait subi des fractures au fémur et à une côte.

Auparavant, l'homme avait violemment tabassé son épouse. Il avait été condamné à dix ans de détention pour tentative d'assassinat sur sa fille et lésions corporelles sur sa femme.

Dans un arrêt publié mercredi, le Tribunal fédéral rappelle qu'une peine privative de liberté ne peut être convertie que si des faits nouveaux montrent que le condamné remplit les conditions d'un internement. S'appuyant sur une expertise médicale et le comportement du père en prison, le Ministère public estimait que sa personnalité était bien plus gravement perturbée qu'on ne pouvait l'affirmer au moment du jugement.

Les juges de Mon Repos retiennent que cette nouvelle expertise ne s'écarte pas notablement du rapport soumis avant le jugement. Elle n'apporte donc aucun fait nouveau permettant d'entrer en matière sur un internement. (ats/nxp)

Créé: 05.12.2018, 11h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...