Un intermédiaire doit assurer ses chauffeurs

SuisseUne société qui mettait en relation ses clients avec des taxis s'opposait à l'obligation d'assurer les chauffeurs, comme exigé par la Suva. Elle a perdu son recours.

Une entreprise d'intermédiaire doit assurer les chauffeurs de taxi qu'elle mandate, a estimé le Tribunal administratif fédéral.

Une entreprise d'intermédiaire doit assurer les chauffeurs de taxi qu'elle mandate, a estimé le Tribunal administratif fédéral. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une société qui joue le rôle d'intermédiaire entre des clients et des chauffeurs de taxi doit assurer ces derniers auprès de la Caisse nationale d'assurance accident (Suva). Telle est la conclusion du Tribunal administratif fédéral dans un arrêt publié mercredi.

En septembre 2017, la Suva a invité la société Züritaxi 7 x 2 AG à assurer ses employés dès le 1er janvier 2018. La caisse estimait que Züritaxi s'apparentait à une entreprise de communication et de transport au sens de la loi sur l'assurance-accidents puisqu'elle transportait elle-même sa clientèle ainsi que par le biais des taxis qui lui étaient rattachés.

L'entreprise a recouru contre cette décision auprès du Tribunal administratif fédéral. Elle argumentait qu'en mettant en relation ses clients avec des taxis, elle offrait un service d'intermédiaire. Elle ajoutait qu'elle ne disposait pas de sa propre flotte de véhicules et que les chauffeurs devaient être considérés comme des travailleurs indépendants.

Seul le service de navette qu'elle assurait pour une clinique pouvait être assimilé à une activité de transport et elle acceptait d'assurer auprès de la Suva le chauffeur employé à cet effet.

Jurisprudence du Tribunal fédéral

Dans son arrêt, le Tribunal administratif fédéral se réfère à une décision du Tribunal fédéral. En 2014, ce dernier a considéré que les chauffeurs de taxi rattachés à une centrale étaient des travailleurs dépendants, dans la mesure où le transport de personnes faisait partie des activités de cette centrale.

Dans le cas de Züritaxi, les juges de Saint-Gall estiment que, outre la commande et l'organisation des courses de taxi, la société propose aussi des prestations de transport de personnes et de biens. Ces prestations sont assurées soit par le service de taxi, soit dans le cadre de courses spéciales telles la navette avec la clinique ou un service de limousines.

Ces transports sont, pour une part au moins, réalisés par les employés de la société recourante. Or, selon la jurisprudence du Tribunal fédéral, la part représentée par les prestations de transport par rapport à l'ensemble des activités de l'entreprise n'est pas déterminante. L'activité de Züritaxi correspond donc à la notion de transport définie dans la loi sur l'assurance-accidents.

En conclusion, la société doit assurer tous ses employés auprès de la Suva. Cette décision n'est pas définitive et peut être attaquée devant le Tribunal fédéral. (arrêt C-6120/2017 du 20 août 2019) (ats/nxp)

Créé: 04.09.2019, 12h00

Articles en relation

Uber: les taxis suisses et européens ripostent

Transports Quelque 165 centrales suisses et européennes pourraient être réunies dans l'application Taxi Europa. But: contrer Uber. Plus...

Un taxi a été pincé à 139 km/h

Argovie Un homme a perdu son permis de conduire après un important excès de vitesse, dans le canton d'Argovie. Plus...

Kapten va concurrencer Uber à Genève

Suisse romande Après Lisbonne, Genève est la deuxième ville internationale choisie par Kapten, un groupe français actif dans le service de véhicule de tourisme avec chauffeur (VTC). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les communes les plus riches ont le plus de chiens
Plus...