Installer sa propre clim' en Suisse? Ce n'est pas si facile!

CaniculeLes climatisations fixes sont soumises à autorisation. Pour les privés, les règles sont très strictes.

Les particuliers en manque de fraîcheur peuvent se rabattre sur des appareils mobiles, non soumis à autorisation.

Les particuliers en manque de fraîcheur peuvent se rabattre sur des appareils mobiles, non soumis à autorisation. Image: LAURENT GUIRAUD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec la canicule qui se prolonge, vous songiez à installer une climatisation fixe dans votre logement? Mieux vaut oublier et vous rabattre sur un appareil mobile. Dans les cantons de Vaud et de Genève, de tels aménagements sont en effet soumis à des conditions d’autorisation strictes. «C’est très compliqué et cela prend plusieurs mois, regrette Thierry Affolter, directeur de la société de climatisation Swiss Calorie et de climatisation.ch. A Genève, c’est particulièrement difficile.»

Dans ce dossier, les cantons sont en effet compétents. A eux de décider si de telles installations sont soumises (ou non) à autorisation. A Genève, c’est le cas pour les appareils répondant à un besoin de confort. «Pour qu’un particulier obtienne une autorisation de climatiser un logement, il faut des conditions très particulières comme un certificat médical», précise Olivier Epelly, directeur de l’Office cantonal de l’énergie (OCEN). Les propriétaires de processus industriels nécessitant du froid (comme la conservation de médicaments ou d’aliments), eux, doivent présenter une attestation de conformité aux exigences réglementaires.

Dans le canton de Vaud, les demandes sont toutes soumises à autorisation, les critères étant plus souples lorsqu’une activité économique ou un processus industriel nécessite du froid. «Contrairement à Genève, nous n’exigeons pas d’apporter la preuve qu’il est nécessaire de refroidir un lieu, précise Luis Marcos, architecte à la Direction de l’énergie. Par contre, notre nouvelle loi sur l’énergie demande que la moitié de l’électricité qui alimente les appareils de refroidissement provienne d’énergies renouvelables ou que la source de froid soit entièrement renouvelable.»

Autres mesures évaluées

Le but est évidemment écologique. Dans les deux cantons, les règlements font référence aux normes établies par la Société suisse des ingénieurs et des architectes (SIA). Les appareils doivent notamment répondre à des exigences de performance énergétique. Le recours à d’autres mesures, comme l’installation de protections solaires efficaces, est obligatoire avant d’envisager une climatisation.

Compliqué pour les hôtels

Les demandes de particuliers sont rares. Mais celles provenant d’hôtels sont plus nombreuses. Ceux-ci, précise Luis Marcos, sont soumis aux mêmes normes que les autres. Et, à entendre Marc-Antoine Nissille, président de la Société des hôteliers de Genève, c’est un casse-tête: «Au final, beaucoup d’établissements sont climatisés, mais c’est extrêmement compliqué et cher pour y parvenir. Nous trouvons très bien de lutter contre le réchauffement climatique. Mais parfois, ça va trop loin.»

Philippe Thuner, président de l’Association romande des hôteliers, n’a pas eu de réclamations de ses membres. Mais, selon Marc-Antoine Nissille, des compensations et des mesures «incroyables» sont demandées. «Nous avons une clientèle internationale habituée à la climatisation, poursuit-il. Ne pas l’avoir, c’est se tirer une balle dans le pied. Surtout en cette période de crise du franc fort.» La semaine dernière, lors de l’Assemblée parlementaire de la francophonie à Berne, des délégués canadiens et africains se sont par exemple plaints de l’absence de climatisation dans leur hôtel pourtant doté de plusieurs étoiles.

Thierry Affolter, lui, encourage les particuliers à privilégier les climatiseurs mobiles, qui ne sont pas soumis à autorisation. Même si «ces appareils sont un peu plus bruyants et qu’il en faut un par pièce, ce qui est moins esthétique». A ses yeux, les règles actuelles sont «un peu aberrantes»: «Certains appareils mobiles sont plus gourmands en énergie. Et puis, le risque est que des gens installent une climatisation fixe sans demander d’autorisation.»

Créé: 16.07.2015, 18h53

Coup de chaud au CHUV également

Au CHUV, 70% des lits profitent d’un système de refroidissement. Mais les chambres standards de la maternité et celles de l’hôpital orthopédique ne sont pas rafraîchies ni ventilées. «De tels systèmes nécessitent de gros travaux, précise Catherine Borghini, directrice des constructions, de l’ingénierie, de la technique et de la sécurité. Ils ne seraient installés que lors de transformations importantes. Pour l’heure, nous n’en avons pas prévu.» Ces derniers jours, des pics de chaleur à plus de 28?degrés ont été enregistrés à deux reprises. «Dans un cas, il s’agissait d’un problème technique que nous avons résolu. Dans l’autre, les difficultés étaient liées au fait que l’isolation a dû être enlevée pour des travaux. Là, nous avons installé des ventilateurs.» Le Temps révélait mercredi qu’aux HUG aussi, à Genève, un tiers des chambres du bâtiment des lits ne sont pas équipées d’un système réfrigérant - que ce soit des climatiseurs ou des plafonds dits «froids». Les adaptations se font au fur et à mesure des rénovations.

Parfois, la climatisation est indispensable. Dans les blocs opératoires et pour certains patients immunodéprimés, la pression de l’air, sa qualité et sa température doivent être contrôlées. Mais elle suscite aussi une certaine méfiance dans le monde médical: mal gérée, elle peut véhiculer des bactéries ou des virus.

La question a été soulevée à l’EMS Mont-Calme, à Lausanne. La sensibilité des aînés aux mouvements d’air ou encore les problèmes d’hygiène ont joué en défaveur de la climatisation, selon le directeur, Jérôme Azau. Mais des ventilateurs sont prévus, en plus des précautions pour maintenir la fraîcheur et d’une attention particulière à ce que tout le monde s’hydrate.

Même discours à la Résidence Amitié, à Genève. Là, une partie du rez-de-chaussée est rafraîchie. Mais pas les chambres, et «ce n’est pas une réflexion», précise le directeur. «Nous arrivons à maintenir des températures acceptables», poursuit Ralph Peterschmitt. Des films solaires ont ainsi été installés sur certaines fenêtres. Et ce système devrait être généralisé sur toute la façade orientée au soleil l’après-midi.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Genevois se ruent sur les masques
Plus...