Passer au contenu principal

SuisseInquiétudes autour de l'autodépistage du sida

Des parlementaires ont mis en garde le Conseil fédéral sur les risques de ce test à faire soi-même. Il pourrait être autorisé dès cet été.

Ce kit, vendu librement en France, permet de dépister en 15 minutes une infection au VIH datant de plus de 3 mois. Il pourrait arriver chez nous.
Ce kit, vendu librement en France, permet de dépister en 15 minutes une infection au VIH datant de plus de 3 mois. Il pourrait arriver chez nous.
dr

Il sera peut-être possible de dépister soi-même le VIH via un kit en vente libre en pharmacie. Autorisé dans une quarantaine de pays, dont la France, l’autodépistage du sida est interdit en Suisse. Il était jugé trop peu fiable jusqu'ici. Désormais les tests sont devenus fiables à pratiquement 100% et Swissmedic pourrait bien les autoriser. Il doit rendre sa décision cet été. Mais d'ores et déjà, l'idée fait réagir des médecins parlementaires à Berne, selon la RTS lundi.

Réaction émotionnelle: le suicide

En effet, la conseillère nationale et médecin Yvette Estermann (UDC/LU) est opposée à toute vente libre de ces tests. Elle juge trop risquées les conséquences de la découverte d'un résultat positif chez certaines personnes, solitaires, qui pourraient avoir alors une réaction émotionnelle forte. En clair, elle craint le suicide. «Une seule personne qui passe à l'acte, c'est une personne de trop», estime-t-elle sur les ondes de la RTS.

Le conseiller national Pierre-Alain Fridez (PS/JU), lui aussi médecin, partage ses craintes mais se refuse en revanche à interdire le test. Le Jurassien estime que certaines personnes, conscientes des risques qu'elles pourraient prendre dans leur vie sexuelle, auraient tout intérêt à pouvoir s'auto-contrôler.

Pour l'heure la question de trancher sur la catégorie de patients capables de procéder seuls au test n'a pas encore été réglée. Selon la RTS, la solution pourrait passer par un numéro de téléphone sur l'emballage du kit.

L'OFSP favorable

Interrogé début janvier par la Luzerner Zeitung, l'Office fédéral de la santé publique avait confirmé avoir été approché par un fabricant français pour commercialiser en Suisse ses kits. L'OFSP s'était dit alors plutôt favorable à leur autorisation mais devait encore en débattre avec la Commission fédérale pour la santé sexuelle. Son rapport devrait tomber prochainement.

Du côté de l'aide suisse contre le sida, on ne voit plus de raison d'attendre puisque les autotests sont désormais extrêmement fiables. Son directeur, Daniel Seiler, rappelle que quelque 3000 personnes en Suisse sont porteuses du VIH, sans le savoir. Il espère ainsi que l'autodépistage permettra de réduire ce nombre.

En attendant, rappelons qu'il est possible aujourd'hui de faire un test de dépistage anonyme dans les hôpitaux, les Checkpoints ou les antennes de l’Aide Suisse contre le Sida. Un test VIH coûte environ 60 francs à la charge du demandeur. S'il est prescrit par un médecin ou un hôpital, la caisse-maladie prend en charge les coûts.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.