Passer au contenu principal

Droits populairesL'initiative pour les vaches à cornes fait un carton

Plus de 100'000 signatures ont déjà été engrangées. La récolte se poursuit jusqu'à fin février.

ARCHIVES, Keystone

L'initiative pour subventionner les vaches à cornes a recueilli plus de 100'000 signatures. Son initiant Armin Capaul, paysan d'origine grisonne installé à Perrefitte (BE), estime qu'elle aboutira, même si seuls trois quarts des paraphes sont jusqu'ici validés.

Armin Capaul a confirmé jeudi un article diffusé par le Service alémanique d'informations agricoles (LID). La récolte de signatures se poursuit jusqu'à fin février, a-t-il précisé à l'ats. Le délai pour le dépôt du texte échoit le 23 mars.

L'initiative, intitulée «pour la dignité des animaux de rente agricoles», demande que la Confédération veille en particulier à ce que les détenteurs de vaches, de taureaux reproducteurs, de chèvres et de boucs reproducteurs soient soutenus financièrement tant que les animaux adultes portent leurs cornes. L'idée d'une telle subvention n'avait pas été retenue dans la dernière politique agricole.

Armin Capaul s'était déjà fait connaître en lançant une pétition dans le même sens. Il avait reçu le soutien de plusieurs organisations, comme la Protection suisse des animaux, l'Association pour la défense des petits et moyens paysans, Bio Suisse ou ProSpecieRara.

En Suisse, neuf vaches (laitières et allaitantes comptées ensemble) sur dix n'ont plus de cornes. Le risque de blessure entre animaux ou envers les humains est la principale raison qui incite une majorité d'agriculteurs à les écorner. Les vaches qui conservent leur attribut nécessitent aussi plus de place ainsi que des installations spécifiques.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.