L’initiative Ecopop devrait être balayée aux Etats

Population étrangèreLe Conseil des Etats se penche ce mercredi sur l’initiative Ecopop «Halte à la surpopulation» sur laquelle les Suisses se prononceront. Le texte devrait être largement rejeté, faute de soutien politique.

Quel sort les Chambres vont-elles réserver à l'initiative d'Ecopop «Halte à la surpopulation»?

Quel sort les Chambres vont-elles réserver à l'initiative d'Ecopop «Halte à la surpopulation»? Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un peu plus de 6 semaines après le oui à l'initiative de l'UDC «Pour stopper l'immigration de masse», le sujet sur le nombre d’étrangers en Suisse revient sur le tapis à Berne avec cette fois l’initiative Ecopop «Halte à la surpopulation». C’est le Conseil des Etats qui se penche en première lecture sur ce texte qui passera au National sans doute en juin et devant le peuple vraisemblablement fin novembre.

L’initiative va encore plus loin que celle de l’UDC approuvée le 9 février. Le texte, déposé en novembre 2012, demande d'une part de ramener le solde migratoire annuel en Suisse à 0,2% de la population permanente, ce qui limiterait à 16'000 (contre 80'000 aujourd’hui) le nombre d’étrangers supplémentaires par an; d'autre part d'attribuer 10% du budget de l’aide au développement pour promouvoir la planification familiale afin de contenir la croissance démographique dans les pays pauvres.

Gauche et droite opposées

Le texte, parfois perçu comme étant xénophobe, devrait être balayé aux Etats. Pratiquement tout le monde s’y oppose. A commencer par la commission des institutions politiques. La majorité n’a pas voulu mettre de bâtons dans les roues du Conseil fédéral avec un contre-projet qui pourrait entraver davantage les discussions avec l’UE après le 9 février. Néanmoins, Urs Schwaller (PDC/FR) tentera de faire invalider le texte en raison de l'absence d'unité de matière entre les deux volets du texte.

Du côté du PLR, on juge qu’une limitation si stricte de l'immigration renforcerait la pénurie de main-d'œuvre pour les entreprises et mettrait les bilatérales encore plus sous pression, «si ce n'est pas carrément hors-jeu». Les socialistes eux aussi rejettent un texte jugé peu crédible.

Les Verts plutôt divisés

Même les Verts disent un non ferme et unanime à l’initiative. Pourtant le texte d’Ecopop - qui compte un Vert dans son comité d’initiative -, milite sur leurs terres puisqu’il veut préserver les ressources naturelles et éviter le bétonnage en Suisse. Selon un récent sondage alémanique, il séduirait d’ailleurs 36% des sympathisants écologistes. Des sections, au Tessin et en Argovie, vont même voter oui. Mais les élus à Berne, très nerveux sur le sujet, sont montés au front pour souligner que la seule façon de réduire l’empreinte écologiste des Suisses était de passer par une économie verte.

Du côté de l’UDC, Ecopop ne trouve guère de soutien politique non plus alors que des membres du parti font partie du comité d’initiative. Fin février, le conseiller national Jean-François Rime avait estimé le texte «inapplicable», en reconnaissant qu'il y aurait du travail pour convaincre la base du parti où il y aurait 70% de partisans à l'initiative.

Thomas Minder en seul soutien ?

Du coup, le seul soutien que recevra le texte au Conseil des Etats sera celui de l’indépendant schaffhousois Thomas Minder, l’instigateur de l’initiative sur les salaires abusifs. Interrogé dans Le Matin Dimanche du 16 mars, il dit travailler pour les générations futures. «Dans 25 ans, nos enfants doivent encore avoir la possibilité de se marier avec un étranger, de vivre dans des paysages magnifiques ou de construire une maison familiale. Et nos entreprises doivent pouvoir engager des travailleurs étrangers qualifiés. Nous devons donc limiter aujourd’hui notre croissance et arrêter avec les rendements à deux chiffres pour notre économie. »

Beaucoup d’élus à Berne estiment que l’initiative Ecopop ne passera pas auprès du peuple après la votation du 9 février. Une thèse renforcée par un sondage fin février paru dans le journal gratuit 20 Minuten qui montrait que 40% des sondés se déclaraient favorables au texte, alors que 56% se disaient clairement contre. Mais d'ici fin novembre, bien des avis peuvent changer, surtout que la votation populaire pourrait intervenir en plein débat sur la mise en application de la votation du 9 février... (nxp)

Créé: 19.03.2014, 06h30

Articles en relation

Pourquoi l'initiative Ecopop mobilise tant les politiciens

Libre circulation Les Suisses ne savent pas encore quand ils se prononceront sur le texte d'Ecopop «Halte à la surpopulation». Mais le sujet agite les esprits à Berne depuis les votations du 9 février. Décryptage en 8 points. Plus...

Vers un rejet de l'initiative Ecopop au Conseil des Etats

Immigration Finalement, le Conseil des Etats ne devrait pas proposer de contre-projet à l'initiative «Halte à la surpopulation» de l'association écologie et population (Ecopop). Plus...

Le Parlement se prononcera sur l'initiative d'Ecopop

Immigration L'initiative «Halte à la surpopulation» déposée par Ecopop, pourra bientôt être débattue au Parlement. Plus...

Franz Weber lâche l'initiative Ecopop

Immigration Franz Weber ne s'engagera pas en faveur de l'initiative Ecopop. Approché par les initiants, l'écologiste a refusé d'entrer dans le comité de soutien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...