«Non» clair à l'initiative des juges étrangers

Votations 25 novembreL'initiative populaire de l'UDC sur l'autodétermination a été rejetée dimanche par plus de 66% des votants. Le texte n'a trouvé grâce dans aucun canton.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La primauté du droit suisse sur le droit international ne sera pas inscrite dans la constitution. L'initiative populaire de l'UDC sur les juges étrangers a été rejetée dimanche par 66,2% des votants. Tous les cantons ont dit non.

Plus de 1,713 million de Suisses ont glissé un «non» dans l'urne, contre un peu plus de 872'800 bulletins «oui». L'opposition la plus forte vient de Suisse romande, avec 77,4% de rejet à Neuchâtel, puis 76,6% dans le canton de Vaud, 75,5% dans le Jura, 75,3% à Genève et 72,6% à Fribourg. Bâle-Ville arrive ensuite avec 72,5% de «non».

A l'opposé, l'initiative UDC a trouvé le soutien le plus marqué à Schwyz qui refuse le texte avec 52,7%. Le canton de Suisse centrale est suivi d'Appenzell Rhodes-Intérieures et du Tessin, où le rejet est aussi inférieur à 55%. Les Valaisans se trouvent dans le milieu du tableau, avec 67,6% de refus, tout comme les Bernois avec 65,5% ou les Zurichois 68%.

Soulagement à Berne

En rejetant l'initiative de l'UDC sur les juges étrangers, le peuple a décidé de dire «non» à un règlement rigide pour résoudre des problèmes posés par des traités internationaux. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga s'est félicitée du résultat des urnes dimanche.

«Nos institutions sont faites de sorte que personne ne peut tout décider», a expliqué la ministre de la justice. Elles obligent à trouver des compromis et à chaque fois le peuple a le dernier mot.

La Suisse est un pays ou cohabitent plusieurs langues, plusieurs cultures et plusieurs religions. «Notre processus démocratique est là pour trouver des solutions pour tous les habitants», a ajouté la conseillère fédérale. «Sans compromis, on ne peut pas avancer.»

L'initiative d'autodétermination a donné lieu à des débats intenses et parfois émotionnels, a-t-elle relevé. «C'est notre démocratie directe.» L'opposition à ce texte s'est aussi faite au-delà des partis politiques, grâce à la participation d'organisations non politiques et de membres de la société civile à la campagne, a-t-elle salué.

Son résultat confirme de précédentes décisions populaires comme le rejet de l'initiative de l'ASIN pour étendre le référendum obligatoire en matière de traités internationaux en 2012, de l'initiative pour une élection du Conseil fédéral par le peuple en 2013 et de l'initiative de mise en oeuvre sur le renvoi de criminels étrangers en 2016, selon elle.

La conseillère fédérale a en revanche refusé de s'exprimer sur les conséquences de ce vote dans la perspective de l'accord-cadre avec l'Union européenne. Le porte-parole du Conseil fédéral André Simonazzi a indiqué que le gouvernement ne prenait position que sur le résultat de la votation.

Concoctée par le professeur de droit et conseiller national zurichois Hans-Ueli Vogt, l'initiative «Le droit suisse au lieu de juges étrangers» ou initiative pour l'autodétermination, voulait consacrer la primauté du droit constitutionnel helvétique sur le droit international. Des réserves auraient néanmoins été inscrites pour les règles impératives telles que l'interdiction de la torture, du génocide ou de l'esclavage.

L'initiative imposait aux autorités d'adapter les traités internationaux contraires à la Constitution et, au besoin, de les dénoncer. Le Tribunal fédéral n'aurait plus été obligé d'appliquer les traités internationaux qui n'ont pas été sujets au référendum. Les initiatives populaires auraient pu être mises en oeuvre à la lettre.

Campagne solitaire

L'UDC était seule dans la campagne face aux autres partis gouvernementaux, au Conseil fédéral, aux milieux économiques et aux ONG. Les opposants craignaient que le texte ne menace la stabilité et la fiabilité de la Suisse et qu'il ne mette en péril certains traités internationaux protégeant les intérêts helvétiques, les droits des citoyens et les droits de l’homme.

Le Conseil fédéral estimait que le texte n'était pas assez clair, ne précisant pas quand un conflit peut survenir entre des traités et le droit constitutionnel, ni qui est compétent pour le constater. Il craignait aussi d'avoir à renégocier, voire à résilier de nombreux traités et accords.

Pour l'UDC, il n'est pas compréhensible qu'une disposition constitutionnelle adoptée par le peuple ne puisse pas être appliquée en raison d'un conflit avec le droit international. L'accord sur la libre-circulation, prioritaire sur l'article constitutionnel sur l'immigration approuvé par le peuple en 2014, ou l'accord institutionnel en négociation avec l'UE montrent que la Suisse n'a pas son mot à dire, argumentaient les initiants.

Nouvel échec

La campagne devait renforcer la position du parti à un an des élections fédérales. Au final, le résultat s'inscrit dans une suite de revers pour l'UDC: rejet de l'initiative dite de mise en oeuvre sur le renvoi des criminels étrangers ainsi que des référendums contre la loi sur l'énergie, la naturalisation facilitée, la révision de la loi sur l'asile ou encore l'initiative «No Billag». (ats/nxp)

Créé: 25.11.2018, 17h31

Economiesuisse respire

La directrice d'economiesuisse, Monika Rühl, a salué dimanche le rejet de l'initiative pour l'autodétermination. Elle y voit un «oui à une Suisse ouverte au monde».

Cela répond à une préoccupation centrale de l'économie qui vise à permettre l'accès aux marchés internationaux. Cela vaut en particulier pour un pays d'exportation comme la Confédération, a-t-elle dit à la radio alémanique SRF. La Suisse dispose de nombreux accords importants pour l'économie, qui lui offrent un accès au marché et assurent des investissements.

Mme Rühl se réjouit du «résultat clair» de dimanche. L'objectif final est de maintenir la prospérité de la Suisse et de conserver les entreprises et les emplois sur son territoire.

Interrogée par la RTS, la directrice romande d'economiesuisse Cristina Gaggini s'est quant à elle félicitée de la vaste coalition qui a combattu l'initiative. «Les arguments économiques ont porté, mais sans l'engagement de cette coalition, et notamment de la société civile, on n'aurait pas réussi», a-t-elle dit.

«La paix est revenue !»

Même satisfaction du côté de Commerce Suisse. «La paix est enfin revenue!», se réjouit dans un communiqué le directeur de l'association faîtière , Kaspar Engeli. A ses yeux, l'initiative de l'UDC était «complètement inutile et superflue» et son acceptation aurait créé une grande incertitude juridique.

Selon lui, le «non» de dimanche restaure la sécurité juridique, «une condition centrale pour la pérennité et la préservation de la prospérité en Suisse». Avec ce vote, «il est assuré que la Suisse sera solidement implantée au niveau international et qu?elle restera un partenaire commercial sûr», conclut M. Engeli.

«Les Suisses sont fatigués de l'UDC»

Le refus net de l'initiative sur les juges étrangers «montre que les Suisses sont fatigués de l'UDC», analyse Roger Nordmann. Un bon signal pour les autres partis en vue des élections fédérales de 2019, selon le conseiller national socialiste.

La campagne autour de l'initiative pour l'autodétermination «était le navire amiral de l'UDC en vue des élections» (de 2019), précise le Vaudois. Le rejet du texte montre que la population helvétique «en a ras-le-bol de cette logique à la Trump».

Roger Nordmann estime qu'après le «chaos phénoménal» provoqué par l'acceptation d'initiatives telles que celle sur l'immigration de masse, ses compatriotes sont enfin revenus à la raison. Et observe avec le sourire «un net reflux du populisme».

Même soulagement du côté d'Andrea Huber, de «Facteur de protection D», une alliance anti-initiative. Sur les ondes de la radio SRF, elle s'est dite heureuse que le peuple suisse ne soit pas tombé dans le piège d'une campagne qui n'était pas étayée par des faits.

Articles en relation

L'indépendance de l'île se joue dans les urnes

Nouvelle-Calédonie Les Calédoniens se prononcent dimanche pour ou contre l’autodétermination de cet archipel français. Les sondages prédisent la victoire du non. Plus...

Initiative UDC: possibles pénalités étrangères

Votation 25 novembre Plusieurs experts s'inquiètent des sanctions possibles en cas de violation de traités par la Suisse, si l'initiative pour l'autodétermination est acceptée le 25 novembre. Plus...

Le texte contre les juges étrangers recule encore

Autodétermination L’initiative exigeant la primauté du droit suisse est donnée perdante. Esseulée, l’UDC récolte de moins en moins de soutiens. Plus...

Un front dénonce les effets néfastes de l'initiative UDC

Juges étrangers Une alliance, formée de partis politiques et d'acteurs de la société civile, a martelé jeudi que l'initiative pour l'autodétermination isolera la Suisse. Plus...

Juges étrangers: l'UDC lance sa campagne

Suisse L'initiative «Le droit suisse au lieu des juges étrangers, dite pour l'autodétermination» sera soumise au peuple le 25 novembre. L'UDC bataille pour son texte. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: les poussins mâles ne seront plus broyés mais gazés
Plus...