Incertitude sur le sort réservé à l'initiative Minder

VotationSi les Verts ont recommandé ce week-end l'approbation du texte, le PDC et le PBD lui ont préféré le contre-projet.

Thomas Minder

Thomas Minder Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'incertitude reste entière quant au sort qui sera réservé le 3 mars dans les urnes à l'initiative Minder contre les rémunérations excessives.

Le Parti démocrate-chrétien (PDC) et le Parti bourgeois-démocratique (PBD) ont ainsi rejoint le Parti libéral-radical (PLR) dans le camp des formations favorables au contre-projet. Les arguments invoqués contre l'initiative sont au demeurant similaires.

PLR, PDC et PBD reprochent au texte élaboré par Thomas Minder de manquer sa cible en accordant des droits exorbitants aux actionnaires. Tout en qualifiant de «vrai problème» la question soulevée par l'initiative, les partisans du contre-projet se font forts d'avancer une solution mieux adaptée.

Selon eux, la proposition Minder laisse de côté la définition de ce qui constitue un salaire excessif. Cette lacune autoriserait l'assemblée des actionnaires à remettre en cause chaque année la politique salariale observée à l'égard des membres de la direction, ce qui n'est pas favorable en fin de compte à l'entreprise.

Pour le PLR, PDC et PBD, le contre-projet à l'initiative prévoit la définition d'un salaire excessif tout en empêchant les actionnaires de s'immiscer dans les décisions du conseil d'administration. De même, le contre-projet prévoit des exceptions à l'interdiction des indemnités de départ, quand cela se révèle utile à l'entreprise.

Délai de mise en oeuvre

Les partisans du contre-projet avancent aussi pour argument la mise en oeuvre rapide, dès la votation du 3 mars, des dispositions de lutte contre les salaires excessifs. Si l'initiative devait être acceptée, il faudrait sans doute des années avant l'adoption par le parlement des lois d'application correspondantes.

Les mots d'ordre du PLR, PDC et PBD ne disent pas cependant s'ils suffiront à faire pencher la balance en faveur du contre-projet. L'accueil réservé à l'initiative Minder par l'Union démocratique du centre (UDC) pourrait se révéler exemplaire à cet égard.

Unanimité relative

La semaine dernière, l'influente section zurichoise de l'UDC s'est prononcée en faveur de l'initiative, malgré la préférence du parti national pour le contre-projet. La difficulté de parler d'une seule voix n'est pas propre cependant à l'UDC. La tendance est manifeste aussi dans les milieux syndicaux.

Alors qu'Unia se dit favorable à l'initiative, l'organisation Travail.Suisse défend le contre-projet. En outre, faute de conclusions transparentes dans le débat sur la question, l'Union syndicale suisse (USS) a renoncé à diffuser un mot d'ordre en vue de la votation du 3 mars.

A gauche

A gauche, après le PS, les Verts se sont prononcés samedi en faveur de l'initiative, tout en soulignant sa portée limitée. En cas d'acceptation, la proposition Minder ne jouera aucun rôle dans la répartition des richesses ni sur l'écart important entre les plus hauts et les plus bas salaires. (ats/nxp)

Créé: 20.01.2013, 16h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Moubarak
Plus...