Passer au contenu principal

CoronavirusImpressum appelle au soutien des médias

Le syndicat a demandé ce vendredi au Conseil fédéral d'édicter une nouvelle ordonnance pour soutenir les journalistes pendant la crise du coronavirus.

Le directeur d'Impressum Urs Thalmann a souligné ce vendredi l'importance du travail journalistique pour le public et les autorités.
Le directeur d'Impressum Urs Thalmann a souligné ce vendredi l'importance du travail journalistique pour le public et les autorités.
Keystone

En période de crise du coronavirus, les moyens du chômage partiel doivent être utilisés pour continuer à faire travailler les journalistes et non à les mettre à l'arrêt forcé. Le syndicat Impressum demande vendredi au Conseil fédéral d'édicter une nouvelle ordonnance en ce sens. La question de l'aide à la presse est aussi relancée.

«Le public et les autorités dépendent plus que jamais du travail journalistique. Nous exigeons donc que l'argent n'aille pas dans les indemnités de chômage partiel, mais dans le financement des informations journalistiques. Cela ne coûte pas un sou de plus», affirme le directeur Urs Thalmann, cité dans un communiqué.

Le syndicat estime que la nouvelle «loi sur la lutte contre les maladies transmissibles de l'homme» lui en donne la latitude, en particulier à son article 7 sur les situations extraordinaires.

Impressum demande également que les entreprises de presse soient obligées de fournir les raisons pour lesquelles elles demandent le chômage partiel. Et pour le syndicat, les licenciements devraient être exclus dans les médias qui profitent de ce financement.

Pertes publicitaires massives

Les médias sont touchés de plein fouet par la crise du coronavirus. En cause, une chute massive des rentrées publicitaires. Plusieurs d'entre eux, en particulier le groupe TX Group (ex-Tamedia), ont annoncé leur intention de recourir au chômage partiel.

TX Group (qui édite notamment 24 heures, la Tribune de Genève, le Matin Dimanche et 20 minutes) évalue son manque à gagner à plusieurs dizaines de millions de francs. Le chômage partiel a pour but de réduire les coûts et de conserver les emplois à la sortie de la crise, a assuré le groupe cette semaine.

Long chômage partiel

Afin de préserver l'impact économique pour les employé(e)s, TX Group a décidé que les indemnités de chômage partiel de 80%, versées par la caisse d'assurance chômage, seront complétées «sur une base volontaire à 100%, jusqu'à la fin juin pour l'instant», indique vendredi à Keystone-ATS son chef de communication Patrick Matthey. Et de souligner que la période de chômage partiel sera probablement «longue» et «importante».

La direction de TX Group et les directeurs généraux de ses entreprises Tamedia, Goldbach, 20 minutes et TX Markets renoncent, en outre, à tout bonus pour l'exercice 2020, ont-ils décidé.

Les Freiburger Nachrichten SA ont aussi annoncé vendredi vouloir introduire le chômage partiel. Au quotidien La Liberté en revanche, aucune mesure de ce type n'a été prise à ce jour. «Aujourd'hui 27 mars nous n'avons aucune mesure pour une réduction du temps de travail», a indiqué le rédacteur en chef de ce titre Serge Gumy.

«Besoin d'un trait d'union»

Tout comme le Quotidien jurassien (QJ) notamment, La Liberté enregistre une forte hausse du nombre des abonnements. «La hausse concerne autant le papier que le numérique», a relevé le rédacteur en chef. «Les gens éprouvent le besoin d'un trait d'union», a expliqué Serge Gumy.

Le passage de 4 à 2 cahiers du titre n'est pas synonyme de baisse de la pagination rédactionnelle. «Nous voulions un équilibre entre les matières pour le confort du lecteur», a ajouté le rédacteur en chef de La Liberté.

A la SSR non plus, le chômage partiel n'est actuellement pas envisagé. Les collaborateurs inoccupés sont affectés aux différentes rédactions de l'entreprise qui ont besoin d'un soutien.

Soutien public: débat relancé

La question de l'aide publique à la presse est aussi relancée. Cette semaine, Impressum avait déjà réclamé que toutes les aides aux médias à l'étude au niveau de la Confédération et des cantons soient immédiatement activées. «C'est le moment ou jamais d'injecter cet argent, sachant que les médias assurent un service public primordial», a souligné le syndicat.

Paradoxalement, alors qu'ils sont en train de réduire la voilure, les médias n'ont jamais été autant consultés. TX Group signale ainsi une forte hausse du trafic en ligne et des demandes d'abonnement numériques. Ces tendances, observées également dans les autres médias, ne compensent cependant pas les pertes. A tel point que certains craignent la disparition pure et simple de certains titres.

Les trois associations d'éditeurs en Suisse romande (Médias Suisses), en Suisse alémanique (Schweizer Medien) et au Tessin (Stampa Svizzera) mènent actuellement des discussions avec l'Office fédéral de la communication (OFCOM) en vue de définir des aides urgentes pour le secteur, ont-elles fait savoir cette semaine.

Viscom veut une aide immédiate

De leur côté, les entreprises graphiques réclament une aide immédiate sous former de fonds de crise pour le secteur de l'édition. Regroupées autour de leur association Viscom, elles ont adressé une lettre en ce sens à la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga, ministre de la communication.

Le fonds pourrait être alimenté par une taxe sur les moteurs de recherche sur internet dominant le marché mondial, et qui sont les bénéficiaires de la crise, selon Viscom.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.