Ignazio Cassis veut rester un vrai libéral au gouvernement

Election au Conseil fédéralElu ce mercredi pour remplacer Didier Burkhalter, le Tessinois promet de s'engager pour la cohésion nationale. Interview.

Ignazio Cassis a donné ce mercredi sa première conférence de presse en tant que nouvel élu au Conseil fédéral.

Ignazio Cassis a donné ce mercredi sa première conférence de presse en tant que nouvel élu au Conseil fédéral. Image: Peter Klaunzer/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Charmeur, enchaînant les touches d’humour, le Tessinois Ignazio Cassis s’est prêté au jeu des questions, rappelant d’un sourire qu’il était prêt à répondre même à celles qui n’étaient pas formulées en italien.

– Vous êtes élu au Conseil fédéral. Dans quel état d’esprit êtes-vous?
– Aujourd’hui est un jour de fête, et j’essaie de jouir au maximum de ce moment. Je ressens une joie immense et je remercie l’ensemble des membres de l’Assemblée fédérale de m’avoir élu à cette fonction. Ce n’est pas uniquement de la joie, mais aussi un honneur, parce que la Suisse de langue italienne fait enfin son retour au Conseil fédéral après dix-huit longues années. Je promets de m’engager pour renforcer encore cette cohésion nationale.

– Comment avez-vous vécu les minutes qui ont précédé le vote?
– Je suis entré au Palais fédéral avec l’espoir d’être élu. Mais je n’avais aucune certitude. Je sais que la Nuit des longs couteaux peut apporter des surprises. Au moment où le président du Conseil national a annoncé mon élection, j’ai ressenti un immense soulagement. Un poids énorme en moins, car je portais aussi sur mes épaules les espoirs de toute la Suisse de langue italienne.

– Que pouvez-vous apporter au Conseil fédéral en tant qu’italophone, notamment pour la cohésion nationale?
– On ne peut pas construire de pont s’il manque le fer. Il fallait d’abord apporter la matière à l’intérieur du gouvernement. Cette matière, c’est une personne italophone qui pense, écrit ou rit dans une autre culture. Mais ce qui est intéressant, c’est qu’on ne demande jamais aux Alémaniques ce que leur présence apporte de particulier au gouvernement. Lorsque vous avez vécu cinquante-six ans au Tessin, vous savez ce que signifie le fait d’être une minorité, vous connaissez la réalité des régions frontalières, vous avez des émotions que les autres n’ont pas.

– Que dites-vous à ceux qui n’ont pas voté pour vous?
– Je n’oublie pas ceux qui n’ont pas été élus et je tends la main à tous ceux qui n’ont pas voté pour moi. Si j’ai décidé d’écrire une nouvelle page dans ma vie, c’est pour me mettre à 200% à disposition de la Suisse, de toutes ses régions, et tous les élus indépendamment de leur parti ou de leur idéologie. Le Conseil fédéral n’est pas un parlement en miniature, c’est un collège et son fonctionnement est différent. En tant que PLR, je porterai évidemment les valeurs libérales et radicales. Mais je sais aussi que ces valeurs devront s’accorder avec celles de mes collègues. Et je soutiendrai les décisions prises par le gouvernement au nom de la collégialité.

– Vous affirmez vouloir défendre des valeurs libérales. Votre élection fera-t-elle pencher le Conseil fédéral à droite?
– Tout dépend de l’échelle sur laquelle vous mesurez les valeurs. Je suis libéral d’un point de vue économique, mais aussi sur les questions de société. C’est ainsi que j’ai voté au parlement depuis dix ans. C’est ma ligne politique et c’est celle que je vais maintenir au Conseil fédéral. Je vais agir dans le respect de ceux qui pensent différemment. Mais je veux surtout rester le même. Ne pas changer.

– Vous êtes pressenti pour reprendre le Département des affaires étrangères. Quelle pourrait être votre première décision à ce poste?
– Le Conseil fédéral décidera vendredi de la distribution des dicastères. Et je n’ai aucune idée de ce qui va être décidé. Je suis curieux et ouvert à n’importe quels défis. Une fois que j’aurai un département, je vous demanderai de me laisser au moins cent jours afin de prendre mes marques et de pouvoir répondre à votre question. (TDG)

Créé: 20.09.2017, 15h41

Articles en relation

Ignazio Cassis le «formidable» fait la joie de Collina d'Oro

Conseil fédéral Le village cossu exulte après la victoire de son candidat. Plus...

«Pour Maudet, ce n'est qu'un rendez-vous reporté»

Conseil fédéral Comme d'autres personnalités genevoises, Martine Brunschwig Graf estime que le magistrat trentenaire garde ses chances pour le futur. Plus...

Isabelle Moret: «J’ai voulu être une pionnière»

Election au Conseil fédéral La conseillère nationale vaudoise assume sa défaite crânement. «J’ai ouvert la voie», explique-t-elle. Plus...

Ignazio Cassis ramène le Tessin au Conseil fédéral

Suisse L'élection du médecin de 56 ans marque le retour du Tessin au gouvernement après 18 ans d'absence. Il n'a eu besoin que de deux tours pour être élu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...