Passer au contenu principal

SionL'Hôpital du Valais teste l'alerte Ebola

L'Hôpital du Valais (HVS) a joué une alerte à l'Ebola pour contrôler son dispositif de prise en charge d'un patient atteint du virus.

L'Hôpital du Valais (HVS) a joué une alerte à l'Ebola pour contrôler son dispositif de prise en charge d'un patient atteint du virus. (10 décembre 2014)
L'Hôpital du Valais (HVS) a joué une alerte à l'Ebola pour contrôler son dispositif de prise en charge d'un patient atteint du virus. (10 décembre 2014)
Keystone
Le canton répond ainsi à une demande de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) d'avoir un dispositif de sécurité.(10 décembre 2014)
Le canton répond ainsi à une demande de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) d'avoir un dispositif de sécurité.(10 décembre 2014)
Keystone
Un patient suspect s'est présenté aux urgences de l'hôpital de Viège. Il a été mis en isolation puis transféré aux soins intensifs à Sion.
Un patient suspect s'est présenté aux urgences de l'hôpital de Viège. Il a été mis en isolation puis transféré aux soins intensifs à Sion.
Keystone
1 / 7

Le canton valaisan répond à une demande de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) d'avoir un dispositif de sécurité en cas d'alerte Ebola.

L'OFSP a demandé aux cantons d'être en mesure de reconnaître un cas suspect et de le prendre en charge jusqu'à la confirmation du diagnostic. L'Hôpital du Valais a mis en place un dispositif qui va de l'alerte en quelque lieu du canton que ce soit jusqu'à l'hospitalisation transitoire à Sion, selon un communiqué publié ce mercredi 10 décembre.

Combinaisons protectrices

L'exercice est destiné à évaluer la sécurité de la chaîne, avec une attention particulière pour le personnel concerné. Un patient suspect s'est présenté aux urgences de l'hôpital de Viège. Il a été mis en isolation puis transféré aux soins intensifs à Sion.

Pour se préparer au mieux à une telle éventualité, les soignants ont dû revêtir des combinaisons protectrices et intervenir comme en situation réelle. Si un tel cas devait se présenter, le patient ne resterait que 48 heures en Valais. En cas de diagnostic positif, il serait ensuite transféré dans un centre universitaire.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.