Passer au contenu principal

Visite d'EtatFrance et Suisse affichent leur réconciliation

Malgré le blocage avec l'UE sur la question de la libre circulation, Hollande et Sommaruga ont affiché leur réconciliation après des années de tensions fiscales

François Hollande en train de quitter le Musée olympique après sa visite officielle de deux jours en Suisse.  (Vendredi 17 avril 2015)
François Hollande en train de quitter le Musée olympique après sa visite officielle de deux jours en Suisse. (Vendredi 17 avril 2015)
Jean-Christophe Bott, Keystone
Les présidents suisses et français sur les quais d'Ouchy. (Vendredi 17 avril 2015)
Les présidents suisses et français sur les quais d'Ouchy. (Vendredi 17 avril 2015)
Jean-Christophe Bott, Keystone
Mitterrand était revenu en juillet 1985 à titre privé aux bords du lac de Neuchâtel rendre visite à Pierre Aubert dans sa maison d'Auvernier. (mercredi 15 avril 2015)
Mitterrand était revenu en juillet 1985 à titre privé aux bords du lac de Neuchâtel rendre visite à Pierre Aubert dans sa maison d'Auvernier. (mercredi 15 avril 2015)
Keystone
1 / 49

La Suisse et la France ont affiché mercredi 15 avril à Berne leur réconciliation après des années de tensions fiscales, au premier jour de la visite d'Etat de François Hollande.

Mais malgré sa promesse de soutenir le dialogue avec l'UE après la votation du 9 février 2014, le président français avoue ne pas savoir «s''il doit y avoir une issue» avec Bruxelles.

La libre circulation «chère» à la France

Aussi bien dans son discours devant le Conseil fédéral in corpore que lors d'une conférence de presse, François Hollande a affirmé clairement que la France ne transigerait pas avec la libre circulation des personnes.

Cette question est manifestement «particulièrement chère» à la France, a reconnu la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga à l'issue des entretiens entre les deux délégations.

Il en va de même pour la situation des plus de 150'000 frontaliers français en Suisse. Une solution avec Bruxelles doit intégrer la protection de leurs acquis, selon le président français.

Les deux pays estiment surtout importants que la Suisse puisse poursuivre les discussions. «Sans savoir si un chemin sera trouvé», admet Simonetta Sommaruga qui s'attend à ce que cette situation dure. Mais de se réjouir de la promesse française de soutenir le maintien de la Suisse dans le programme européen de recherche Horizon 2020.

Rapprochement «significatif» salué

Pour le président français, il faut redonner de la cohérence aux quelque 120 accords bilatéraux entre l'UE et la Suisse. Une incertitude qui contraste avec la résolution des deux présidents à ouvrir une nouvelle phase des relations entre leurs pays après des années de divergences fiscales entamées alors que Nicolas Sarkozy dirigeait la France.

«La question est réglée» après des relations «parfois refroidies», a dit Simonetta Sommaruga. De l'échange bilatéral d'informations aux standards de l'OCDE en passant par la suppression de certains régimes fiscaux, «la Suisse a fait tous les efforts qui étaient attendus d'elle», a renchéri le chef de l'Etat français.

Incertitudes sur l'aéroport Bâle-Mulhouse

Reste à clarifier la situation de l'aéroport de Bâle-Mulhouse. Après la déclaration adoptée la veille pour un accord d'ici fin 2015, M. Hollande a assuré que les entreprises suisses actives sur le site bénéficieraient de la «flexibilité nécessaire» de la part des autorités françaises.

Le «rapprochement significatif» évoqué par la présidente de la Confédération se matérialise sur le terrain des valeurs. Simonetta Sommaruga a salué la gestion de son homologue, «ferme mais avec humanité», après les attentats de Paris en janvier dernier. Le président français l'a remerciée de son soutien lors de la marche contre le terrorisme.

Ci-dessous, un extrait de l'intervention de Hollande:

Climat, technologies ou encore formation professionnelle

Désormais, l'heure est à la densification de la coopération. Croissance verte, investissements, innovation et économie numérique, échanges scientifiques et universitaires, autant de domaines sur lesquels les deux pays souhaitent avancer.

François Hollande a salué la «contribution exemplaire» de la Suisse avant la conférence de l'ONU sur le climat prévue en décembre prochain à Paris. La France fait aussi de la gestion intégrée des eaux du Rhône, importantes pour le refroidissement de ses centrales nucléaires, et du Grand Genève des questions prioritaires avec la Suisse.

Et François Hollande de souhaiter davantage de rapprochements entre les entreprises des deux pays, comme Holcim et Lafarge. Mais aussi la prise de contrôle «en discussion» par le Français St-Gobain sur le fabricant zougois de spécialités chimiques Sika.

Cinq ministres présents

Il fait par ailleurs de la formation professionnelle l'un des points forts de cette visite d'Etat. Il doit notamment se rendre jeudi dans une entreprise à Hedingen (ZH). «Nous avons des leçons à comprendre» sur la formation duale, a-t-il estimé mercredi.

Pour la seconde journée de sa venue en Suisse, il doit aussi visiter la Haute école des arts à Zurich, avant de se rendre à l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et à Ouchy.

Presque dix-sept ans après la dernière visite d'Etat d'un président français, M. Hollande est accompagné par cinq membres du gouvernement. Parmi eux figurent notamment les ministres de l'Ecologie Ségolène Royal, du Travail François Rebsamen et de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem.

Un soldat s'écroule à cause de la chaleur

L'événement insolite de la journée: au second rang, un soldat du détachement présent sur la place de la Cathédrale de Berne pour accueillir le président français s'est écroulé au moment du passage en revue des troupes.

L'incident n'a manifestement pas été remarqué par la présidente de la Confédération ni par son invité. Mais Simonetta Somarruga a ensuite débuté sa conférence de presse commune avec M. Hollande en l'évoquant. Elle a espéré que le soldat se porte bien et l'a remercié pour son engagement au sein du détachement.

Ci-dessous, une vidéo de la parade:

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.