Hans Stöckli élu président du Conseil des Etats

BerneLe socialiste bernois Hans Stöckli a été désigné lundi à la présidence de la Chambre des cantons. Il succède à Jean-René Fournier (PDC/VS).

Hans Stöckli s'est réjouit lundi du nouveau visage du Conseil des Etats «plus vert, plus féminin et surtout plus jeune».
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Hans Stöckli présidera le Conseil des Etats pendant un an. La Chambre des cantons a élu le socialiste bernois de 67 ans lundi par 39 voix sur 41 bulletins valables.

Le nom de Hans Stöckli est indissociable de Bienne, ville qu'il a su dynamiser. Conseiller de Ville, maire, député au Grand Conseil, conseiller national et conseiller aux Etats, il a consacré sa vie à la chose publique.

L'ancien maire de Bienne succède à Jean-René Fournier (PDC/VS). Hans Stöckli qui entame sa troisième législature dans cette Chambre veut représenter la force bilingue sous la Coupole fédérale. Il est le 15e Bernois à présider le Conseil des Etats.

Il sera assisté d'Alex Kuprecht (UDC/SZ), premier vice-président et de Thomas Hefti (PLR/GL), deuxième vice-président.

Avant cela, les conseillers aux Etats nouvellement élus ont à leur tour prêté serment lundi, après leurs collègues du Conseil national. Tous les sénateurs ont ensuite entonné l'hymne national.

Plaidoyer pour le plurilinguisme

Hans Stöckli (PS/BE) a offert lundi un vibrant plaidoyer pour le plurilinguisme en Suisse. La thématique formera, avec la formation à la politique et le renforcement de l'identité du Conseil des Etats, les trois points cardinaux de son mandat de président.

En 1971, le socialiste avait prôné l'abolition de la Chambre des cantons, une institution qu'il voyait à l'époque comme dépassée et insignifiante. La situation est désormais tout autre, assure-t-il. L'institution a gagné en prestige et personne ne pense plus à sa disparition, même si elle peut parfois agacer.

De plus, suite aux dernières élections, le Conseil des Etats est devenu plus vert, plus féminin et plus jeune. «Je me réjouis de voir ce vent nouveau souffler», s'enthousiasme Hans Stöckli. «Mais il ne doit s'agir que d'un vent», et pas d'une tempête.

«Une chambre de réflexion»

A ses yeux, il faut préserver l'identité du Conseil des Etats. Il faut qu'il reste «une chambre de réflexion», où la culture du dialogue est soignée et permet de trouver des solutions et des compromis.

Outre le renforcement de cette identité, Hans Stöckli entend mettre l'accent sur le plurilinguisme et la jeunesse pendant son mandat. «Le multilinguisme est la clé de l'intégration sociale, économique et politique. Et il reste encore beaucoup à faire», a lancé le président, qui s'est exprimé dans les quatre langues nationales.

L'ancien maire de Bienne veut aussi enthousiasmer le plus de jeunes possible pour la politique, à travers notamment un meilleur soutien des parlements des jeunes. «Nous devons mieux écouter ce qu'ils ont à dire», a-t-il souligné, en référence aux milliers de jeunes qui ont manifesté pour le climat ces derniers mois.

Dix-neuf nouveaux sénateurs

Dix-neuf nouveaux sénateurs, dont neuf Romands, siègent désormais sous la Coupole. Les membres sortants du Conseil des Etats qui ont été réélus sont dispensés de cette formalité. La prestation de serment s'est déroulée en présence du Conseil fédéral.

Trois nouveaux élus devront attendre avant de faire leur assermentation: Maya Graf (Verts/BL), Matthias Michel (PLR/ZG) et Othmar Reichmuth (PDC/S/). Leur élection est encore sujette à recours et n'a pas encore été validée par leur canton. Quant à Maya Graf, elle siège d'ici là encore au Conseil national, dont elle est la doyenne de fonction.

Chaque canton romand sera représenté par un ticket mixte: Johanna Gapany (PLR) et Christian Levrat (PS) pour Fribourg, Lisa Mazzone (Verts) et Carlo Sommaruga (PS) pour Genève, Elisabeth Baume-Schneider (PS) et Charles Juillard (PDC) pour le Jura, Céline Vara (Verts) et Philippe Bauer (PLR) pour Neuchâtel, Adèle Thorens (Verts) et Olivier Français (PLR) pour Vaud et Marianne Maret (PDC) et Beat Rieder (PDC) pour le Valais.

Métamorphose de Bienne

Durant les 20 ans à la tête de l'exécutif biennois, Hans Stöckli a réussi à métamorphoser sa ville qu'il avait rebaptisée «Cité de la communication», mais sans renier son passé industriel et horloger. Sous sa houlette, Bienne a su se débarrasser de sa mauvaise réputation pour se profiler comme une ville innovante.

Même ses adversaires ont reconnu qu'il était un maire dévoué à la cause de sa ville et de ses habitants. L'histoire fusionnelle entre Bienne et son maire va connaître son apogée avec Expo.02. Cette manifestation va attirer des dizaines de milliers de personnes et changer l'image de la ville auprès des Suisses.

Véritable bête politique, ce politicien aujourd'hui âgé de 67 ans n'hésitait pas à dire sur le ton de la plaisanterie que la Ville de Bienne était sa maîtresse. Parfois facétieux, Hans Stöckli est un élu animé d'un sens du compromis. Homme de gauche, il incarne cette frange pragmatique du socialisme.

Le conseiller aux Etats a mené plusieurs combats durant ses deux mandats aux Etats: la protection des jeunes contre la publicité pour le tabac, le renforcement de la prévention dans le domaine de la santé ou l'encouragement des énergies renouvelables.

Au niveau cantonal, ce spécialiste des langues a présidé une commission d'experts sur le bilinguisme instituée en 2017 par le gouvernement bernois. Hans Stöckli s'est également engagé pour le maintien de la Ville de Moutier dans le canton de Berne. L'un de ses principaux regrets a été le rejet des Jeux olympiques en Valais alors qu'il était vice-président du comité de candidature Sion 2026.

Plus féminin, plus jeune et plus vert

Le visage du nouveau Conseil des Etats est comme le Conseil national plus féminin, plus jeune et plus vert. Douze femmes y ont ainsi accédé, soit deux de plus que lors des élections de 2003, précédent record.

Les Verts ont quant à eux dopé leur présence, passant de un à cinq. Johann Gapany, 31 ans, offre une cure de jouvence la Chambre des cantons. Elle est la plus jeune sénatrice depuis la Deuxième Guerre mondiale, devançant pour quelques mois Alain Berset et Lisa Mazzone.

Aucune incompatibilité n'a été constatée au Conseil des Etats. (ats/nxp)

Créé: 02.12.2019, 17h52

Articles en relation

Les conseillers nationaux ont prêté serment

Berne Les 200 conseillers nationaux ont juré fidélité à la Chambre basse lundi, en présence du Conseil fédéral. Plus...

Isabelle Moret, première Vaudoise au perchoir

Conseil national L'avocate libérale-radicale vaudoise succède à la présidence du Conseil national à une autre femme, Marina Carobbio (PS). Plus...

Le nouveau Parlement prend ses quartiers

Confédération Le premier jour est marqué par l'élection des présidents des deux Chambres, qui sera la libérale-radicale vaudoise Isabelle Moret pour le National. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mayor et Queloz reçoivent leur prix Nobel à Stockholm
Plus...