Passer au contenu principal

Votations 12 févrierLes Grisons refusent les JO, Sion seule en lice

Le canton se prononçait sur l'organisation des jeux olympiques de 2026. Il ne reste plus que la candidature de Sion.

En mars 2013, les Grisons avaient refusé par 53% une candidature pour les Jeux d'hiver de 2022.
En mars 2013, les Grisons avaient refusé par 53% une candidature pour les Jeux d'hiver de 2022.
Illustration, Keystone

Les citoyens des Grisons ne veulent pas des Jeux olympiques d'hiver de 2026. Ils ont clairement refusé dimanche un crédit de candidature de 25 millions de francs. Sion reste donc seule en lice pour le choix de Swiss Olympic, mais les Valaisans se gardent bien de parler de voie royale.

Le crédit a été rejeté par 60,09% des votants. La participation a atteint 50,9%. Même les stations de St-Moritz et Davos ont dit non.

C'est la deuxième fois en quatre ans que les Grisons disent non aux Jeux d'hiver. En mars 2013, les citoyens avaient refusé par 53% une candidature pour les JO de 2022. Il faut désormais oublier un projet olympique pour des années, voire des dizaines d'années, a déclaré dimanche le ministre grison de l'économie Jon Domenic Parolini tout en souhaitant «bonne chance au projet romand».

Sur les 25 millions du crédit de candidature, 9 auraient été payés par le canton. La Confédération et Swiss olympic auraient pris en charge chacun 8 millions.

Regrets de Swiss Olympic

Avec ce non grison, il ne reste à Swiss Olympic que le choix entre la candidature de Sion et pas de candidature helvétique pour les JO d'hiver 2026. Swiss Olympic «regrette énormément» de ne pas pouvoir saisir la chance d'organiser des Jeux olympiques et paralympiques aux Grisons, écrit-il dans un communiqué.

Mais convaincue que tout projet doit bénéficier du soutien populaire, l'organisation faîtière respecte pleinement la décision grisonne. Celle-ci n'a cependant aucun effet direct sur le processus de choix d'une candidature suisse, précise Swiss Olympic. L'ambition olympique suisse demeure grande. Le comité de Swiss Olympic décidera le 7 mars de proposer une candidature officielle à son parlement du sport, qui devra ou non la confirmer, le 11 avril.

Pas de triomphalisme en Valais

D'ici là, Swiss Olympic évaluera le projet de Sion 2026. Les critères n'ont pas changé, précise-t-il. S'il respecte les exigences définies, il sera officiellement désigné. En Valais, le comité d'organisation se garde bien cependant de verser dans le triomphalisme, après le non grison dimanche.

«Le non des Grisons n'est pas synonyme de voie royale pour Sion», affirme le président du comité de candidature Sion 2026 Jean-Philippe Rochat. Surpris par la netteté du refus grison, ce dernier ne verse pas pour autant dans le triomphalisme.

D'ici cette échéance, il faudra convaincre et Swiss Olympic et la Confédération de la plausibilité de la candidature de Sion, précise M.Rochat. Le Conseil fédéral a montré un premier signal positif en assurant son soutien à l'éventuelle candidature helvétique, en décembre dernier.

Le comité de candidature devra démontrer que malgré l'échec grison devant le peuple, Sion 2026 a ses chances au niveau international. La candidature n'est pas encore acquise, ajoute le président du comité de candidature.

Plusieurs enseignements

Le non des Grisons fournit plusieurs enseignements. «Si nous sommes choisis le 7 mars, notre priorité sera la communication pour convaincre la population que Sion 2026 est un bon projet», précise M. Rochat à l'ats. «Il y aura un gros travail à faire».

Une autre leçon à tirer de ce vote est qu'un tel projet ne peut pas être mené par un canton tout seul. «Nous avons la chance d'avoir quatre cantons autour de Sion», dit M. Rochat. Il y voit un atout, notamment pour la répartition des risques. Vaud, Fribourg et Berne y participent aussi.

St-Moritz repêché pour le bob

Et même les Grisons dans une certaine mesure. La place de St-Moritz (GR) est en effet prévue dans la candidature sédunoise pour les épreuves de bob, de luge et de skeleton. La candidature grisonne rejetée dimanche devait aussi s'étendre sur plusieurs cantons, contrairement au concept élaboré pour 2022 qui voulait tout concentrer à Davos et St-Moritz.

Le concept prévoyait que les compétitions se dérouleraient dans les Grisons, mais aussi à Zurich, Kloten (ZH), Einsiedeln (SZ) et Engelberg (OW). Les Zurichois n'ont cependant pas montré d'intérêt. Les milieux économiques grisons, le gouvernement et le parlement soutenaient le projet. Le PS et les Verts y étaient opposés.

La Suisse a accueilli deux fois les Jeux Olympiques. Il s'agissait dans les deux cas des Jeux d'hiver qui se sont déroulés dans les Grisons, à St-Moritz en 1928 et en 1948.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.