La grande réforme des retraites rate son départ

Assurances socialesA sept semaines du scrutin, Prévoyance 2020 est mal emmanché. Notre premier sondage montre un rejet du projet. Certains résultats contradictoires étonnent.

Cliquez sur l''infographie pour l'agrandir<br /> 
(Sondage mené sur Internet du 3 au 4 août sur 8630 personnes. Marge d’erreur: 1.5 point)

Cliquez sur l''infographie pour l'agrandir
(Sondage mené sur Internet du 3 au 4 août sur 8630 personnes. Marge d’erreur: 1.5 point)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Alain Berset risque de transpirer à grosses gouttes d’ici au 24 septembre. Sa grande réforme des retraites ne tient plus qu’à un fil. Réalisé à sept semaines du scrutin, le premier sondage Tamedia prédit un échec du projet. A la question «Allez-vous accepter la loi sur la réforme de la prévoyance vieillesse 2020?» seuls 40% des personnes interrogées répondent oui. Le non est à 54%. Les indécis à 6%.


A lire: Alain Berset met le feu aux poudres sur l’AVS


Si les différences ne sont pas significatives de part et d’autre de la Sarine, l’écart selon le sexe est flagrant. Les femmes – dont l’âge de la retraite serait relevé à 65 ans en cas de oui – sont 59% à rejeter le texte, alors que le non est à 50% chez les hommes. Au niveau des classes d’âge, on retient que les plus de 50 ans sont davantage séduits par le projet que les jeunes.

Sans surprise, c’est du côté des électorats PS et PDC que se recueillent le plus d’avis favorables avec 64% et 58% de oui. Deux partis qui sont à l’origine du compromis. Le oui l’emporte aussi de peu chez les Vert’libéraux et les écologistes. Pourfendeurs de la réforme, le PLR et l’UDC sont suivis par leurs troupes. Les libéraux-radicaux sont 62% à balayer le projet. Le non grimpe à 76% à l’UDC.

Le sondage reproduit aussi la complexité d’une campagne où les fronts se sont multipliés. Le camp du oui se range massivement (54%) derrière un seul argument: sans réforme, les problèmes financiers de l’AVS vont empirer. Ce discours d’un compromis nécessaire ne fait pas le poids face au tir croisé des opposants de gauche et de droite. Cinq arguments sont régulièrement cités par les sondés opposés au texte. Il y a ceux qui critiquent une réforme injuste pour les jeunes, ceux qui estiment que les femmes n’ont pas à être sacrifiées alors que l’égalité salariale n’est pas atteinte, ou encore ceux qui trouvent que le projet ne va pas assez loin.

L’opinion n’est pas forgée

Les dés sont-ils jetés? Pas vraiment, à en croire Lucas Leemann et Fabio Wasserfallen, les politologues en charge du sondage. Ils rappellent qu’il ne s’agit que de la première vague de l’enquête d’opinion et que la campagne n’a pas encore atteint son paroxysme. Le calendrier joue aussi un rôle. Le sondage a été mené durant les vacances d’été et le taux de participation a été moindre. Les résultats sont donc à prendre avec précaution. Ce que les deux politologues rappellent également, c’est que l’opinion de la population n’est pas encore forgée. La preuve, leurs résultats disent aussi qu’il existe une majorité «théorique» prête à soutenir le texte. Comment est-ce possible? Explications.

La votation sur Prévoyance 2020 a ceci de spécial que le peuple devra voter deux fois. Un référendum ayant été lancé par l’extrême gauche et certains syndicats, la population doit dire si elle est prête à soutenir la réforme. C’est sur cette question que se basent les résultats cités plus haut. Mais, comme le projet comprend une hausse de la TVA, le peuple devra aussi se prononcer sur cet aspect précis. Toute augmentation de la TVA est en effet soumise à un référendum obligatoire. C’est là où les choses se corsent. A cette deuxième question, «Allez-vous accepter le relèvement de la TVA?» une courte majorité (52%) répond favorablement. Un résultat qui ne fait pas pour autant les affaires d’Alain Berset: pour l’emporter, il doit recueillir un double oui.

Ce résultat contradictoire révèle en tout cas un important scepticisme face à la réforme. Pas de quoi affoler le camp du oui. «On ne peut pas parler de débandade à ce stade, réagit Rebecca Ruiz (PS/VD). Ce sondage a été réalisé durant les vacances. La campagne n’a pas encore réellement débuté. Par contre, ce que ces résultats montrent, c’est qu’il nous reste un grand travail d’information et d’explication à mener, notamment auprès des jeunes. Et cela montre aussi qu’il reste du potentiel à gauche, notamment chez les Verts.» En veut-elle à la gauche de la gauche d’avoir lancé le référendum? «Ce sujet est tellement important que nous aurions de toute façon parlé du fond et pas uniquement d’une hausse de la TVA.»

Pas de triomphalisme

Même s’ils semblent bien partis, les opposants refusent de fanfaronner. «C’est un sujet très complexe et les gens ont été jusqu’ici un peu livrés à eux-mêmes, analyse Raymond Clottu (UDC/NE). Tout reste ouvert.» Une prudence qui s’explique d’autant plus qu’avec les candidatures d’Ignazio Cassis et d’Isabelle Moret pour le Conseil fédéral, le camp du non perd deux grands spécialistes du dossier. «Ce sera à d’autres de redoubler d’efforts à la rentrée pour vulgariser les enjeux.»

Concernant le dernier objet soumis en votation, celui sur la sécurité alimentaire, le sondage prédit un plébiscite (53% de oui contre 27% de non). Bien que le nombre d’indécis reste important, l’absence d’opposition devrait permettre à l’article de passer comme une lettre à la poste. (TDG)

Créé: 09.08.2017, 06h58

Articles en relation

Alain Berset met le feu aux poudres sur l’AVS

Votation du 20 septembre Le ministre évoque la fin de l'AVS en cas de non au projet Prévoyance 2020. Les opposants parlent de chantage sans fondement. Plus...

L’USAM vise les coûts des retraites

Suisse La faîtière a créé un site où chacun peut calculer ce que lui coûtera Prévoyance 2020. Une rude attaque contre la réforme. Plus...

«Il existe une gauche qui rejette Prévoyance 2020»

Assurances sociales Le référendum contre la réforme des retraites a été déposé. Avec 70 000 signatures, les opposants montrent les muscles. Plus...

Berset livre la mère des batailles sur les retraites

Assurances sociales Le Fribourgeois joue son bilan sur Prévoyance 2020. La dureté de la campagne est à la hauteur des enjeux. Plus...

«Le bilan global de Prévoyance 2020 est positif»

AVS Le comité bourgeois en faveur de la réforme des retraites lance sa campagne. Le Centre patronal défend le oui. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.