Notre grand jeu boursier pour s’initier aux élections

Elections fédérales 2015En collaboration avec d’autres grands journaux, la «Tribune de Genève» lance la Bourse électorale. Vous pouvez parier en temps réel sur la force des partis et des candidats. Explications.

Les rangs du Conseil national seront renouvelés le 18 octobre, comme ceux du Conseil des Etats. «24?heures» couvre l’événement par des interviews, des enquêtes, une carte interactive, des dossiers par candidats.

Les rangs du Conseil national seront renouvelés le 18 octobre, comme ceux du Conseil des Etats. «24?heures» couvre l’événement par des interviews, des enquêtes, une carte interactive, des dossiers par candidats. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Qui va gagner les élections fédérales du 18 octobre? Et qui va se prendre une dégelée? Vous avez bien sûr votre petite idée sur la question. Eh bien tentez votre chance sur notre site! Vous pouvez participer à notre grande Bourse électorale. Le principe est simple: vous achetez des actions de partis dont la cote vous paraît en hausse, vous vendez celles des formations que vous estimez à la baisse. Vous pouvez le faire à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit. C’est le trading appliqué à la politique. Un simple jeu? Non, la cote finale des partis et des candidats doit refléter au plus près les résultats du 18 octobre.

Certains penseront qu’il est stupide de se baser sur les lois du marché et sur un échantillon aléatoire de participants pour déterminer un résultat politique. Eh bien pas tant que ça. C’est l’aboutissement d’une expérience fortuite tentée en 1906 par le chercheur britannique Sir Francis Galton lors d’une foire à bestiaux à Plymouth. Ce scientifique a demandé à 800 personnes, expertes et profanes, d’estimer le poids d’un bovin. Résultat: la valeur moyenne estimée par tous les participants était de 1197 livres. Le poids réel de la bête? 1198 livres. Pas mal. Pour désigner ce phénomène «d’intelligence collective», Francis Galton parla alors de «vox populi».

Pour voir l'infographie en grand, cliquez ici.

Depuis le XXe siècle, on a fait des progrès en matière de sondages de la population. Pour les votations et élections en Suisse, nous sommes habitués aux traditionnelles enquêtes de l’institut Gfs. bern. La Bourse électorale possède deux différences fondamentales, nous explique Thomas Peick, responsable de ce projet chez Predicki. «D’abord, il ne s’agit pas d’une photographie de l’opinion à un moment donné comme dans un sondage classique. La Bourse réagit en temps réel à tous les événements qui surgissent en campagne électorale. Ensuite, les gens ne donnent pas le résultat qu’ils souhaitent mais celui auquel ils s’attendent.»

Le gros avantage de la Bourse consiste donc à coller à l’actualité immédiate et à déconnecter le parieur de sa propre opinion politique. On ne lui demande pas ici sa préférence personnelle mais son intuition sur… l’avis des autres.

Ces spéculations politico-boursières fonctionnent-elles? Et si oui, sont-elles meilleures ou moins bonnes que les sondages classiques? «La Bourse donne de meilleurs résultats», clame Thomas Peick. «Nous l’avons prouvé en 2007 et en 2011 lors des élections fédérales. Nous étions plus proches des résultats réels que le baromètre électoral de Gfs. bern.» C’est vrai que pour les quatre grands partis, la cote de la Bourse s’est révélée trois fois sur quatre plus proche du résultat que le baromètre Gfs. Et pour les Verts, Vert’libéraux et PBD, le score était carrément de trois sur trois. Que répond Claude Longchamp, le pape suisse des sondages et le directeur de Gfs. bern? «Dix jours avant le vote, nous n’avons plus le droit de faire quoi que ce soit. Alors que la Bourse électorale peut recueillir des données jusqu’au dernier jour.» Et il ajoute que la Bourse ne s’est pas révélée meilleure pour les élections cantonales de Zurich ce printemps.

PLR et PS en hausse
Laissons là la polémique pour relever qu’aucun système n’est de toute façon parfait. En 2011, par exemple, tout le monde croyait que l’UDC allait faire un carton. Or le parti a légèrement reculé, à 26,6%. La Bourse pariait sur 28,6% et Gfs.bern sur 29,3%. Les écarts étaient plus faibles pour les autres partis.

La Bourse électorale est déjà lancée depuis plus d’un mois chez nos partenaires médias alémaniques. Quels sont les premiers pronostics pour les partis? Au niveau national, le PLR est donné en forte progression (+ 1,85%) et le PS en hausse (+ 0,7%). A la baisse, on trouve les Verts et le PDC (- 0,8%) et l’UDC (- 0,5%) (voir aussi graphique ci-contre).

Qu’en est-il des tendances sur les «marchés» cantonaux comme Vaud et Genève, qui viennent d’ouvrir récemment? «Il est probable que les petits scandales qui ont secoué l’UDC sur le canton de Vaud vont lui coûter des voix, estime Thomas Peick. Et c’est le PLR qui est le mieux placé pour en profiter. A Genève, on peut déjà tabler sur un renforcement d’Ensemble à Gauche, qui ne part plus divisée en trois composantes. Le Mouvement citoyens genevois est en progression par rapport à 2011.» Mais comme on dit au casino et à la Bourse, les jeux ne sont pas faits. A vous de tenter votre chance! (TDG)

Créé: 26.08.2015, 09h40

Carte interactive

C’est LA carte interactive qu’il faut absolument consulter sur notre site (en cliquant ici) pour comprendre ce qui va se passer dans les cantons. Autour d’une grande Suisse gravitent les drapeaux de 26 cantons et demi-cantons. Vous cliquez sur un emblème et vous avez immédiatement une foule d’infos présentée de façon synthétique et digeste: nombre de sièges au National, forces des partis en sièges et en pourcentage, et deux textes courts qui résument les enjeux cantonaux dans les deux Chambres. Au centre de l’infographie, vous apercevrez deux points colorés par canton. Ils illustrent l’appartenance partisane
des élus au Conseil des Etats. Vaud et Genève
se distinguent de tous les autres cantons!

Interviews

Vous avez raté une interview d’un président de parti suisse? Vous avez entendu parler d’une bonne enquête parue dans notre journal? Vous pouvez les retrouver sur notre site en cliquant ici.

Vous pouvez également retrouver les éditoriaux de la rédaction et les opinions de nos invités extérieurs touchant aux prochaines élections en cliquant ici.

Au fil des jours, le site va s’enrichir de nouveaux articles, tous en rapport avec les élections fédérales du 18 octobre.

Smartvote

Vous ne savez pas pour quel parti voter. Vous suivez l’actualité politique d’un œil distrait et n’arrivez pas
à distinguer ce qui différencie vraiment les Verts des socialistes ou l’UDC du PLR. Vous êtes pourtant déterminé à voter le 18 octobre car il est important de choisir les élus qui vont gérer la Suisse ces quatre prochaines années. Eh bien, nous vous venons en aide sur notre site avec un instrument pratique appelé Smartvote. Vous remplissez un questionnaire de 30 ou de 75 questions. Et le logiciel vous dit au final de quel parti et de quels politiciens vous êtes
le plus proche pour le Conseil national. Vous répétez l’exercice pour choisir vos deux candidats au Conseil des Etats.

Profil des candidats

Vous voulez en savoir plus sur les candidats qui se présentent aux élections. Rien de plus facile. L'onglet «Candidats» (accessible ici) vous permet de sélectionner n’importe quel nom. Vous trouverez une biographie, un profil politique et, si le candidat a rempli le questionnaire Smartvote, une prise de position sur les thèmes chauds de politique nationale. Hausse de l’âge de la retraite, vaccination obligatoire, autorisation de l’euthanasie, instauration d’un impôt sur les capitaux, priorités budgétaires, contrôle de la migration, voilà autant de questions auxquelles les candidats ont répondu. Et vous pouvez facilement consulter leurs réponses claires ou nuancées.

Galerie photo

Posez vos questions aux huiles des partis

Posez vos questions aux huiles des partis Dès lundi, les principaux responsables des partis participent à des rencontres de 45 minutes sur 24heures.ch. Voici le programme.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: la sécheresse sévit
Plus...