Gerhard Pfister veut limiter le nombre de mandats

Conseil fédéralLe président du PDC propose qu'un Conseiller fédéral ne puisse rester au gouvernement que huit ans, soit deux mandats.

Gerhard Pfister ressort une vieille idée qui n'a jamais séduit en Suisse.

Gerhard Pfister ressort une vieille idée qui n'a jamais séduit en Suisse. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux mandats et basta: le président du PDC Gerhard Pfister propose de limiter la fonction d'un conseiller fédéral à deux législatures. «Si huit ans suffisent pour un président américain, pourquoi pas pour un ministre suisse?».

Cette mesure permettrait de remettre en jeu à chaque début de législature trois ou quatre sièges du gouvernement, précise-t-il dans un entretien avec «Schweiz am Wochenende». L'Assemblée fédérale aurait ainsi les mains plus libres pour ajuster la représentativité au sein du Conseil fédéral avec les résultats des législatives.

Selon Gerhard Pfister, cette formule éviterait toute instabilité liée aux élections. Les évictions de 2003 et 2007 - lorsque l'UDC Christoph Blocher a éjecté la PDC Ruth Metzler avant d'être lui-même évincé au profit d'Eveline Widmer-Schlumpf - ont rendu la coopération politique plus difficile, analyse-t-il.

Une motion allant dans ce sens avait déjà été déposée en 2009 au Conseil national par Filippo Leutenegger (PLR/ZH), mais elle n'a jamais été soumise aux voix. Alors que le Conseil fédéral s'y opposait, l'intervention a été classée, car la Chambre du peuple n'a pas achevé son examen dans le délai légal de deux ans.

Rendez-vous mercredi

Le 11 décembre, le Parlement devra élire les membres du Conseil fédéral pour la prochaine législature. Tous les conseillers fédéraux se représentent.

L'élection suit une procédure bien précise, se déroulant notamment selon l'ordre d'ancienneté: Ueli Maurer (UDC), Simonetta Sommaruga (PS), Alain Berset (PS), Guy Parmelin (UDC), Ignazio Cassis (PLR), Viola Amherd (PDC) et Karin Keller-Sutter (PLR). Forts de leur succès aux élections d'octobre, les Verts vont revendiquer le siège d'un PLR avec leur présidente Regula Rytz.

Stabilité et représentation régionale

Pour Gerhard Pfister, la contradiction entre le refus de soutenir Regula Rytz, le sentiment que le PLR est surreprésenté et le fait que la Verte bernoise est une bonne candidate n'est qu'apparence. Il y a aussi «de bons arguments» pour ne pas apporter son soutien à Mme Rytz.

Les principaux sont la stabilité et le principe selon lequel on ne devrait pas éjecter un conseiller fédéral en place. Le président du PDC pense aussi à la représentation des régions au gouvernement inscrite dans la Constitution fédérale et qui serait mise à mal en cas de non-réélection du Tessinois Ignazio Cassis.

Faut-il pour autant laisser les deux ministres PLR siéger encore jusqu'en 2025 et 2026 ? «Si nous voulons faire évoluer la concordance et que la composition du Conseil fédéral reflète les résultats des élections, nous devrons trouver un consensus sur la façon d'effectuer la transition dans les meilleurs délais et de façon responsable au regard des institutions», estime Gerhard Pfister. (ats/nxp)

Créé: 07.12.2019, 12h53

Articles en relation

Les Vert'libéraux ont auditionné Regula Rytz

Conseil fédéral La présidente des Verts, qui vise le Conseil fédéral, a été entendue par les Vert'libéraux, qui n'ont pas encore rendu leur verdict. Plus...

Le Parlement fédéral s'est académisé

Suisse Le nombre de politiciens détenteurs d'un diplôme universitaire a augmenté parmi les nouveaux élus à Berne. Une tendance nouvelle qui s'explique en partie par le recul de l'UDC. Plus...

Christian Levrat milite pour Regula Rytz

Conseil fédéral Même si le PDC a fait savoir qu'il ne voterait pas pour un Vert, Christian Levrat l'exhorte à élire Regula Rytz. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hodgers veut 30% de surface arborisée à Genève
Plus...