Passer au contenu principal

Vote électroniqueGenève présente à Berne son «e-voting»

Le canton souhaite avec son vote électronique faciliter la vie des citoyens domiciliés à l'étranger.

Le canton développe depuis 2003 sa plateforme d'e-voting et compte plus de 100 scrutins à son actif.
Le canton développe depuis 2003 sa plateforme d'e-voting et compte plus de 100 scrutins à son actif.
Keystone

Le canton de Genève a présenté lundi à Berne son système de vote électronique CHvote.

L'e-voting reste limité en Suisse, mais la question devient pressante, notamment pour faciliter la vie des citoyens domiciliés à l'étranger en vue des élections fédérales de 2019.

Le conseiller d'Etat Pierre Maudet s'est rendu en personne à Berne pour présenter le système genevois. Il a invité des représentants des cantons, des délégués étrangers et des parlementaires fédéraux à effectuer des tests encadrés par des spécialistes.

Genève n'en est pas à son premier essai. Le canton développe depuis 2003 sa plateforme d'e-voting et compte plus de 100 scrutins à son actif. La deuxième génération de CHvote est en cours de développement, une étape qui devrait être achevée d'ici fin 2018, a indiqué le ministre genevois devant les médias.

CHvote se caractérise par trois éléments: il est public, suisse et «open source». Trois autres cantons, Bâle-Ville, Lucerne et Berne, profitent déjà de la solution développée à Genève. Neuchâtel s'est allié à l'entreprise espagnole Scytl. Pour l'heure, seuls ces deux systèmes ont été accrédités par la Confédération. Restent une vingtaine de cantons qui n'ont pas encore de solutions arrêtées pour l'e-voting.

La 5e Suisse

L'e-voting est prévu tant pour les votations que pour les élections aux niveaux communal, cantonal et fédéral. Il permet aussi aux handicapés moteur ou de la vue de participer aux scrutins. Mais la question s'est surtout posée pour les Suisses de l'étranger, au total 760'000 personnes.

Lors de leur dernier congrès cet été à Berne, ils ont demandé à pouvoir élire leurs conseillers nationaux et leurs conseillers aux Etats sur internet lors des prochaines élections fédérales, en 2019.

Aux dernières élections fédérales, en octobre 2015, seuls les cantons de Genève, Lucerne, Bâle-Ville et Neuchâtel ont pu offrir à tous leurs électeurs, en Suisse comme à l'étranger, la possibilité de voter électroniquement. Neuf cantons ont dû renoncer à leur système, le Conseil fédéral ayant découvert une faille de sécurité.

Pas d'obligation

Au printemps dernier, le Parlement a rejeté une motion voulant obliger les cantons à introduire le vote électronique d'ici 2019. Les sénateurs n'ont pas voulu faire pression sur les cantons à la traîne.

A cette occasion, le Chancelier de la Confédération Walter Thurnherr a précisé qu'au vu des contraintes de temps et des adaptations techniques et juridiques nécessaires, il était irréaliste de penser que tous les cantons pourraient instaurer le vote électronique d'ici 2019. Au moins dix d'entre eux n'ont à ce jour pas de base légale pour l'e-voting.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.