Gandur gagne au civil face au «Courrier»

SuisseNouvel épisode dans le conflit qui oppose depuis 2015 «Le Courrier» à Jean Claude Gandur.

Jean Claude Gandur est un homme d'affaires.

Jean Claude Gandur est un homme d'affaires.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Cour de justice de Genève estime qu'un portrait publié dans le quotidien «Le Courrier» constitue une atteinte illicite à la personnalité de l'homme d'affaires Jean Claude Gandur. «Le Courrier» fera recours au Tribunal fédéral.

L'article intitulé «Mécène en eaux troubles», «particulièrement négatif, tend à indiquer que le journaliste a cherché à entacher la réputation du mécène en vue d'influencer le vote» sur le projet d'extension du Musée d'art et d'histoire de Genève (MAH), relève la Cour de justice. Les juges ont accepté l'appel de Jean Claude Gandur et annulé un précédent jugement du Tribunal de première instance.

«Pris dans son ensemble, l'article est de nature à faire fortement douter le lecteur moyen et non averti de la probité morale et du sens éthique de Jean Claude Gandur», soulignent les juges dans cet arrêt transmis jeudi aux parties. Cité dans un communiqué de la Fondation Gandur pour l'art, l'homme d'affaires se dit «satisfait de cette décision qui rétablit son honneur».

Liberté de la presse

«Le Courrier» va saisir le Tribunal fédéral. «Le journaliste a fait son travail et l'a bien fait», a précisé à Keystone-ATS Laura Drompt, corédactrice en chef du journal. L'arrêt de la Cour de justice doit encore être analysé en détail, mais à ce stade Laura Drompt s'étonne que les juges genevois considèrent qu'«un journaliste qui a une opinion sur un sujet n'a plus le droit d'écrire dessus».

«On nous reproche d'avoir eu une incidence sur une votation populaire, alors même que le rôle de la presse est de permettre au public de se forger une opinion», poursuit la corédactrice en chef. «Le Courrier» est condamné à payer les frais de justice ainsi que des dépens à The Addax and Oryx Group et à la Fondation Gandur pour l'art qui ont également fait appel, soit plus de 47'000 francs au total.

En mai 2015, la publication du portrait contesté donnait l'impression que les sociétés pétrolières de Jean Claude Gandur auraient pu se rendre coupables de corruption. L'article étayé notamment par des documents d'organisations non gouvernementales s'inscrivait dans le contexte particulier du projet de rénovation du MAH dans lequel la Fondation Gandur pour l'art voulait investir en échange de l'exposition de ses collections.

Volet pénal

Le conflit entre l'homme d'affaires et le journal connaît aussi un volet pénal. En février dernier, le Ministère public avait classé une plainte pour calomnie déposée par le milliardaire contre «Le Courrier». Cette ordonnance de classement fait l'objet d'un recours de la part de Jean Claude Gandur.

Il reste quelques jours aux parties pour envoyer leurs observations avant que la justice ne rende ses conclusions définitives. Considérant que le jugement civil est suffisant et étant donné que la prescription est vraisemblablement acquise, le recours contre ce classement devrait toutefois être retiré, a précisé Nicolas Capt, avocat de Jean Claude Gandur. Selon «Le Courrier», les conclusions de la justice lui seraient favorables. (ats/nxp)

Créé: 04.07.2019, 17h55

Articles en relation

«Le Courrier» - Gandur: le litige revient à Genève

Tribunal fédéral Le Tribunal fédéral a décidé que la procédure pénale qui oppose l'homme d'affaires Jean Claude Gandur au journal genevois, sera bien traitée par la justice genevoise. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.