Passer au contenu principal

Qui sont les futurs patrons des trois partis de la droite suisse?

PDC, PLR et UDC s'accordent sur un dénominateur commun: moins d’Etat, moins d’écologie, pas trop d’ouverture au monde.

Gerhard Pfister (PDC), Petra Gössi (PLR), Albert Rösti (UDC)
Gerhard Pfister (PDC), Petra Gössi (PLR), Albert Rösti (UDC)
GAETAN BALLY, Keystone

Moins d’Etat, moins d’écologie, et surtout pas trop d’ouverture au monde. Si l’on devait réunir les trois candidats aux présidences du PDC (Gerhard Pfister), du PLR (Petra Gössi) et de l’UDC (Albert Rösti) sous une seule bannière, ce serait celle-là. «Je crois qu’au fond, le virage à droite des élections fédérales de 2015 se reflète dans ces candidatures. Paradoxalement moins à l’UDC avec Albert Rösti, mais au PLR et au PDC, tant Petra Gössi que Gerhard Pfister incarnent le libéralisme fiscal et financier», analyse la conseillère aux Etats Géraldine Savary (PS/VD). Le tableau est mordant: «Ces personnalités n’ont jamais manifesté un sens de l’Etat dans leur parcours politique, et je ne me souviens pas qu’elles aient fait preuve d’une certaine indépendance d’esprit face au dogme libéral.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.