Passer au contenu principal

À Fribourg, des étudiants fustigent l’homophobie d’une professeure

Une théologienne est dans la ligne de mire. Mardi, une manifestation a réclamé son licenciement.

Université de Fribourg
Université de Fribourg

Les faits remontent à 2017. C’est un témoignage anonyme publié dans «Spectrum», le magazine des étudiants de l’Université de Fribourg, qui a mis le feu aux poudres le mois dernier. Le titre se veut provocateur: «Quand l’Université muselle l’arc-en-ciel». Une personne fustige notamment les propos d’une professeure qui aurait évoqué, durant un cours, «des centres de thérapie pour guérir de l’homosexualité». Selon ce témoignage, la théologienne aurait même déclaré que «l’homosexualité serait souvent née de traumatismes d’enfance causés par les parents, ce qui conduirait à une répulsion envers le sexe opposé». Choquée, la personne aurait alors cherché de l’aide auprès de l’institution fribourgeoise. En vain. Ce sont deux associations estudiantines luttant contre les discriminations homophobes, sexistes et racistes qui ont pris le relais avec véhémence.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.