Passer au contenu principal

Les finances de la Suisse sont «réjouissantes»

Grâce à la conjoncture favorable, la Confédération et les cantons ont obtenu en 2018 d'importantes recettes fiscales et, partant, des excédents élevés.

La quote-part de l'excédent pour l'ensemble des administrations publiques atteint 1,4%, s'élevant ainsi à 1,2% du produit intérieur brut (PIB) nominal de 2017.
La quote-part de l'excédent pour l'ensemble des administrations publiques atteint 1,4%, s'élevant ainsi à 1,2% du produit intérieur brut (PIB) nominal de 2017.
Keystone

Les perspectives financières des administrations publiques pour la période 2018 à 2020 sont «réjouissantes» à tous les échelons fédéraux. La Confédération, les cantons et les assurances sociales affichent des excédents parfois élevés. Les communes devraient à nouveau basculer dans le noir.

Ces dernières, confrontées récemment à des déficits, devraient obtenir des résultats positifs au cours des prochaines années, relève jeudi l'Administration fédérale des finances (AFF) dans un communiqué sur sa dernière statistique financière. Elles affichent pour l'heure des résultats juste en dessous de l'équilibre.

Grâce à la conjoncture favorable, la Confédération et les cantons ont pour leur part obtenu en 2018 d'importantes recettes fiscales et, partant, des excédents élevés. Dans les deux cas, le taux d'excédent devrait être le plus élevé depuis 2008 (0,8% pour la Confédération comme l'année précédente, et 0,5% pour les cantons contre 0,3% l'année précédente).

La quote-part de l'excédent pour l'ensemble des administrations publiques atteint 1,4%, s'élevant ainsi à 1,2% du produit intérieur brut (PIB) nominal de 2017. C'est la troisième année consécutive qu'elle parvient à un niveau positif. Un excédent élevé de 1,1% est aussi attendu pour 2019 et pour 2020.

Menace à court terme

Tous les secteurs devraient obtenir des résultats positifs, malgré une nette détérioration pour celui de la Confédération à mettre sur le compte de la mise en oeuvre de la réforme fiscale et du financement de l'AVS (RFFA). A court terme cependant, les finances des administrations publiques sont menacées par le risque d'une dégradation de la conjoncture liée au différend commercial entre les États-Unis et la Chine ainsi qu'à l'appréciation du franc.

Les perspectives hautement favorables devraient permettre à la Confédération, cantons et assurances sociales de réduire leur endettement. La dette de ces dernières pourra être allégée surtout grâce au remboursement du prêt octroyé à l'assurance-chômage, qui devrait aboutir d'ici à la fin de 2019. Le taux d'endettement brut selon Maastricht devrait s'établir à 25,7% en 2020.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.