Une fille de l'imam rigoriste a fui la maison familiale

Bâle-CampagneElle a trouvé refuge dans un foyer. La famille des deux frères qui ont refusé de serrer la main de leur enseignante semble vivre repliée sur elle-même.

Le père dirige la prière du vendredi à la mosquée du Roi Faysal à Bâle.

Le père dirige la prière du vendredi à la mosquée du Roi Faysal à Bâle. Image: Jürgen Endres

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le voile se lève peu à peu sur la famille des deux frères qui ont refusé de serrer la main de leur enseignante à l'école secondaire de Therwil (BL). La Basler Zeitung rapporte dans son édition du 22 avril qu'une des quatre filles a fui le domicile familial pour trouver refuge dans un foyer.

La jeune fille, encore mineure, est désormais suivie par l'Autorité de protection de l'enfant et de l'adulte, à l'abri des autres membres de sa famille et de son père, un imam qui dirige la prière du vendredi dans une mosquée de Bâle. Outre les deux frères de 14 et 15 ans, la famille se compose de quatre filles, dont les deux plus âgées, majeures, se trouveraient actuellement en Syrie.

Une famille peu intégrée

Le quotidien bâlois a recueilli des témoignages de voisins de la famille. La mère, complètement voilée, n'ouvrait jamais la porte en l'absence de son mari, raconte un concierge de l'immeuble à Ettingen où la famille a vécu dans un premier temps. Il s'étonne dans ces conditions que la famille cherche à obtenir la nationalité suisse puisque la mère n'est pas du tout intégrée.

Il soupçonne également les parents de tenir un double discours. «Au départ, il n'y avait que les adultes puis cinq enfants au moins sont venus pour habiter un trois pièces et demi. Ils affirmaient que leurs enfants les avaient rejoints depuis la Syrie mais ces derniers parlaient l'allemand mieux que leurs parents.»

Un voisin raconte également comment les deux plus jeunes filles de la famille retiraient leur voile et leur tenue islamiques dès qu'elles étaient hors de vue de leurs parents. Mais ceux-ci l'ont su et ont puni leurs filles en les laissant des heures sur le balcon. «Ensuite sont venues des femmes en burka qui leur ont hurlé dessus», raconte le voisin.

Le père interdit un camp d'école

Les autorités scolaires d'Oberwil, où étudiaient les deux filles mineures de la famille, ont souvent eu affaire au père. Ce dernier a obtenu une dispense de camp d'école pour sa fille qui devait plus tard quitter le domicile car elle devait suivre strictement le ramadan. Elle ne devait pas boire, ce qui a provoqué un malaise durant l'été 2015. Il s'en est suivi une incapacité de suivre l'école ainsi que le programme de préparation pour le camp.

Le corps enseignant a souligné que la jeune fille portait le voile islamique sans faire d'éclat mais qu'elle avait également du rouge à lèvres très voyant. Un professeur l'interprétait comme une protestation silencieuse contre l'obligation qu'elle avait de porter le hidjab et des vêtements islamiques.

L'école d'Oberwil soupçonne que les deux soeurs plus âgées ont été mariées de force en Syrie, le pays d'origine du père. Et c'est pour éviter ce destin que la jeune fille a décidé d'aller chercher du secours à Allschwil dans une institution qui protège les femmes.

Créé: 22.04.2016, 10h13

Articles en relation

La naturalisation des élèves bâlois rigoristes ajournée

Bâle-campagne La procédure de naturalisation de la famille musulmane des deux élèves qui refusent de serrer la main à leur enseignante à Therwil (BL) a été ajournée. Plus...

Les écoliers ont appris le refus de serrer la main sur Internet

Therwil (BL) C'est en regardant un prêche sur une vidéo que les deux jeunes musulmans qui ont refusé la poignée de main à leur enseignante ont appris cette règle. Plus...

Un des frères relaie la propagande de Daech

Scandale de la poignée de main L'émotion n'est pas retombée outre-Sarine où des détails commencent à émerger sur la famille des deux frères. Plus...

La poignée de main relance la question d’imams suisses

Religion Le père des frères de Therwil (BL) serait un imam controversé. La formation des chefs de prière en Suisse fait débat. Plus...

Les élèves musulmans dispensés de serrer la main

Bâle-Campagne L'école secondaire de Therwil a accordé une dispense à deux jeunes musulmans. Colère et stupéfaction en Suisse alémanique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.