Passer au contenu principal

Des femmes déplacées sont abusées à Idlib

Des propriétaires terriens au nord-ouest de la Syrie commettent des violences sexuelles contre des femmes et des jeunes filles après leur avoir proposé leur assistance, selon l'ONU.

Les Nations Unies déplorent le manque de protection pour les déplacés dans la région d'Idlib.
Les Nations Unies déplorent le manque de protection pour les déplacés dans la région d'Idlib.
AFP

Le cessez-le-feu à Idlib ne signifie pas pour autant une situation «sûre» pour la population de la région syrienne, selon l'ONU. Des indications d'abus et d'exploitation perpétrés par des propriétaires en échange d'assistance ont été reçues, a-t-elle dit vendredi à Genève.

«Il y a très peu de protection» pour les déplacés dans le nord-ouest de la Syrie, a affirmé devant la presse un porte-parole du Bureau de l'ONU pour des affaires humanitaires (OCHA). L'ONU, qui a pu acheminer près de 450 camions d'aide depuis début mars et plus de 2500 depuis début janvier, n'a pas de présence établie dans les camps de déplacés.

L'un des problèmes pour les près d'un million de déplacés ces derniers mois est l'accès à des terres pour établir des abris. Celui-ci n'est pas suffisant et certains propriétaires recourent à des abus contre des femmes et des jeunes filles en échange de l'aide qu'ils apportent, a précisé le porte-parole.

Selon les données de l'ONU, près de 3 enfants sur dix de moins de 5 ans sont très affectés.

Aide d'urgence

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a de son côté distribué une aide d'urgence pour des centaines de milliers de personnes.

Malgré la trêve, quelques bombardements sporadiques sont observés. Le reste explosif de guerre augmente la menace pour les citoyens, selon l'ONU.

«Il faut que nous puissions accéder sans entraves» à tous ceux qui ont besoin d'aide, a dit depuis la Syrie le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Peter Maurer. Il s'est notamment rendu dans un site à Alep qui approvisionne plus de deux millions de personnes en eau potable.

En plus de neuf ans, le conflit syrien a fait des centaines de milliers de victimes, selon les Nations Unies.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.