Passer au contenu principal

Il faut continuer à trier ses déchets malgré la crise

A l'exception des personnes atteintes du Covid-19, la population est encouragée à continuer à recycler ses déchets.

En Suisse, plus de 16'000 tonnes de déchets urbains sont produites chaque jour.
En Suisse, plus de 16'000 tonnes de déchets urbains sont produites chaque jour.
Keystone

Les Suisses doivent continuer à trier les matériaux recyclables et à les collecter séparément, a affirmé lundi Swiss Recycling. Seuls les ménages dans lesquels vivent des personnes malades ou en quarantaine doivent s'abstenir temporairement de trier leurs déchets.

L'Office fédéral de l'environnement (OFEV) avait émis cet avis à l'intention de ces ménages dans un communiqué diffusé le 19 mars. Il affirme n'avoir alors eu «en aucun cas» l'intention que d'autres renoncent également à la collecte sélective.

Pour que la Suisse puisse fonctionner correctement en cette période extraordinaire, il faut non seulement garantir l'approvisionnement du pays, mais aussi l'élimination des déchets, insiste Swiss Recycling.

Les règles de sécurité habituelles telles que garder ses distances et se laver les mains régulièrement s'appliquent, précise l'OFEV. Les usines d'incinération des déchets et les organismes de collecte font elles «tout leur possible» pour maintenir la logistique et protéger leurs employés et leurs clients.

Eviter une crise d'élimination

En Suisse, plus de 16'000 tonnes de déchets urbains sont produites chaque jour. La moitié est valorisée thermiquement dans des usines de valorisation thermique des déchets (UVTD), l'autre moitié est recyclée.

Afin de prévenir toute crise d'élimination malgré la situation exceptionnelle actuelle, il est non seulement nécessaire de maintenir l'infrastructure et la logistique, mais également essentiel de poursuivre la collecte séparée des matériaux recyclables tels que le verre, le PET, les emballages métalliques, les textiles, les appareils électriques et les piles.

Si tout était jeté dans la même poubelle, non seulement les matières recyclables seraient perdues, mais les UVTD seraient également amenées à la limite de leurs capacités.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.