«Semhar a été déflorée peu avant sa mort»

Canton de GenèveLes deux médecins légistes qui ont effectué l'autopsie de la jeune Semhar, 12 ans, violée et tuée en août 2012, ont répondu devant le Tribunal criminel de Genève.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les deux spécialistes ont indiqué qu'une strangulation manuelle «est très vraisemblablement» à l'origine de la mort de l'adolescente d'origine éthiopienne. Un étranglement peut faire perdre connaissance à la victime au bout d'une poignée de secondes. Mais si l'étrangleur relâche la pression, la victime «se réveille» à nouveau.

Semhar a été déflorée peut avant sa mort, ont poursuivi les deux médecins, sans pouvoir préciser comment. Ils n'ont pas exclu l'usage d'un préservatif. La jeune fille a été assassinée chez elle. Son corps, qui a été retrouvé caché sous le lit parental, présentait des lésions post mortem, causées probablement par le sommier.

L'accusé se dit innocent

Le prévenu, un chauffeur de taxi éthiopien de 42 ans, nie les faits. Depuis le début de son procès, voilà une semaine, il n'a montré aucune émotion. Il connaissait pourtant bien Semhar. Il fréquentait la mère de la jeune fille depuis plusieurs mois et disposait d'une clé de l'appartement où a été assassinée l'adolescente.

Le procès se poursuit mardi avec le réquisitoire du procureur Joël Schwarzentrub. Puis viendront les plaidoiries des avocats des parties plaignantes. La défense prendra la parole mercredi. Le verdict devrait être rendu la semaine prochaine. (ats/nxp)

Créé: 11.06.2018, 15h53

Articles en relation

La petite Semhar rêvait de devenir cardiologue

Tribunal criminel La victime de 12 ans est décrite comme une enfant exubérante mais sage. Plus...

La défense attaque l'enquête de police

Meurtre de la petite Semhar Pour les avocats du prévenu, les investigations ont été menées à charge. Leur client est innocent. Plus...

«Chaque matin, depuis la cuisine, je regarde le cimetière où repose ma fille…»

Meurtre de la petite Semhar On l’appelait «Mimi», une enfant joyeuse, très bonne élève, gentille avec tous. Ses parents, sa sœur, évoquent le drame de sa mort. Plus...

La juge: «Vous étiez le seul à ne pas être inquiet de la disparition de Semhar»

Meurtre de la petite Semhar Le jour du crime, le prévenu dit qu'il avait rendez-vous avec la jeune fille pour un cours de conduite, mais elle n'est jamais venue. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.