Passer au contenu principal

Canton de ZougUne poignée de main destructrice

Une femme avait subi une blessure importante au poignet suite à la salutation vigoureuse d'une collègue. Le Tribunal fédéral a annoncé ce jeudi qu'il ne s'agit pas d'un accident de travail.

Le Tribunal fédéral estime que les conséquences d'un événement quotidien ne sont pas considérées comme une atteinte à la santé.
Le Tribunal fédéral estime que les conséquences d'un événement quotidien ne sont pas considérées comme une atteinte à la santé.
Keystone

Lors d'une poignée de main énergique avec une collègue, une femme avait subi une déchirure importante dans un cartilage du poignet. Selon le Tribunal fédéral, il ne s'agit pour autant d'un accident de travail et la Suva ne doit pas prendre en charge le traitement.

En règle générale, les conséquences d'un événement quotidien ne sont pas considérées comme les causes d'une atteinte à la santé, précise le Tribunal fédéral dans un arrêt publié jeudi. Une poignée de main vigoureuse, accompagnée d'une rotation vers l'auriculaire, reste dans les limites de ce geste familier.

Le fait que la recourante ait ensuite souffert de douleurs au coude ne joue aucun rôle pour la 1ère Cour de droit social. Pour qu'il y ait accident, c'est l'événement qui doit sortir de l'ordinaire et non pas les conséquences de l'acte.

La victime est donc déboutée par le Tribunal fédéral. Le Tribunal administratif du canton de Zoug était arrivé à la même conclusion. (arrêt 8C_671/2019 du 11 mars 2020)

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.