Penka, la vache fugueuse échappe à l'abattoir

BulgarieLa vache qui a séjourné hors de l'UE a eu la vie sauve à son retour, car elle n'a contracté aucune maladie durant sa fugue.

Penka s'était offert une petite fugue en Serbie le 12 mai.

Penka s'était offert une petite fugue en Serbie le 12 mai. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Penka, une vache bulgare vouée à l'abattoir pour être passée par mégarde en Serbie, hors de l'UE, aura finalement la vie sauve, ont annoncé lundi les autorités vétérinaires bulgares. A son retour dans son pays, ses tests médicaux ont été favorables.

Les analyses de laboratoire effectuées sur cette vache rousse originaire de l'ouest du pays, d'où elle avait franchi la frontière avec la Serbie, «sont négatives pour toutes les maladies testées», a fait savoir lundi l'Agence bulgare de sécurité des aliments.

Penka s'était offert une petite fugue le 12 mai alors que son troupeau paissait près du village bulgare de Kopilovtsi. Ses pérégrinations l'avaient conduite jusqu'en Serbie toute proche. Recueillie par un fermier serbe qui l'avait identifiée grâce à son badge, elle avait été rendue quinze jours plus tard à son propriétaire, Ivan Haralampiev.

C'est là que les ennuis de Penka avaient commencé: les règles européennes, particulièrement strictes en matière d'importation d'animaux vivants, exigeaient que la vache dispose d'un certificat vétérinaire attestant sa parfaite santé avant son retour dans l'UE. Faute d'un tel document, les autorités bulgares avaient exigé qu'elle soit abattue. (ats/nxp)

Créé: 11.06.2018, 17h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...