«Pour jouer à l'ordi, il fallait toucher le zizi à papa»

PédophilieUne affaire de mœurs particulièrement sordide s'est ouverte mardi devant le Tribunal d'arrondissement de la Broye et du Nord vaudois.

L'audience se déroule à Renens (VD).

L'audience se déroule à Renens (VD). Image: LAURENT GILLIERON/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Vous admettez les abus sexuels sur vos enfants?», a lancé le président Donovan Tésaury au principal accusé, en ouverture d'audience devant le Tribunal du Nord vaudois, qui siège à la salle cantonale de Longemalle à Renens. «Je nie». Sur les huit enfants du couple, trois sont aujourd'hui majeurs. Et leurs dires contredisent la déclaration du père qui comparaît pour de nombreux et graves abus sur ses enfants, allant du viol à la mise en danger de la vie d'autrui.

Coups et abus sexuels

Dès leur plus jeune âge, les enfants, nés entre 1996 et 2014, ont régulièrement été frappés. Puis leur père, qui battait et violait déjà sa femme, a commencé à commettre des actes d'ordre sexuel sur une de ses filles lorsqu'elle avait huit ans. Elle a subi des abus réguliers dans la maison familiale, décrite comme un lieu insalubre.

«Tous les soirs, papa venait dans ma chambre. Je ne pouvais rien faire, il me forçait à faire l'amour», a déclaré, en pleurs, une des victimes. Le prévenu a menacé à plusieurs reprises ses enfants en leur disant que si, un jour, il allait en prison, il tuerait toute la famille dès qu'il ressortirait.

Garçons aussi victimes

Les garçons de la fratrie n'ont pas non plus été épargnés. «Pour jouer à l'ordinateur, il fallait toucher le zizi à papa», a déclaré l'un des fils des accusés, avant de répondre qu'il attendait de ce procès que «papa reste en prison».

Malgré l'intervention du SPJ (Service de protection de la jeunesse) et la mise en place d'une curatelle d'assistance éducative pour tous les enfants, dès les années 1997, les enfants ont été maltraités. En plus de traces de coups, il a été constaté qu'ils souffraient de carences affectives, de troubles de socialisation et du langage, ou encore de problème d'alimentation et d'un manque d'hygiène.

Père entendu plus tard

Les enfants ne voulant pas être confrontés à leurs parents, les deux accusés n'étaient pas présents dans la salle en ouverture d'audience. Le père ne sera pas entendu lors de ce premier jour de procès. Il devrait être confronté aux propos des victimes et des témoins jeudi.

L'homme est accusé de multiples infractions, allant du viol à la mise en danger de la vie d'autrui, en passant par l'inceste. La mère est également sur le banc des accusés, notamment pour complicité, violence et manquement au devoir d'éducation. (ats/nxp)

Créé: 13.03.2018, 15h30

Dossiers

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un mondial avec la meilleure équipe suisse de tous les temps
Plus...