«C'est dur de regarder ses bêtes se noyer»

Canton de VaudEffrayées, plusieurs génisses se sont jetées dans la Venoge mercredi à Vufflens-la-Ville. Leur propriétaire a assisté à leur agonie.

Un hélicoptère a dû être appelé en renfort pour retirer les trois cadavres de la Venoge.
Vidéo: Sylvain Muller

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J'ai d'abord vu les traces de mes génisses dans la boue. C'est clair qu'elles ont été pourchassées par quelque chose. Probablement un chien, car il y toujours beaucoup de gens qui les promènent dans ce coin après le dîner. Ensuite, nous sommes descendus le long de la Venoge et on a fini par les retrouver: certaines dans les branchages de la rive, d'autres encore dans l'eau, en train de se débattre. Malheureusement, avec le fort courant dû aux précipitations, on n'a rien pu faire d'autre que de les regarder se noyer. On n'élève pas des bêtes pour voir des choses pareilles. C'était vraiment très dur.»

Agriculteur et municipal à Vufflens-la-Ville (VD), Olivier Duperrut a perdu trois génisses mercredi en tout début d'après-midi. Et même peut-être quatre puisqu'une manquait toujours à l'appel ce jeudi à 14h30. «En plus, elles étaient toutes portantes pour le printemps prochain», soupire cet éleveur de près de deux cents vaches.

Effrayé par quelque chose, le troupeau composé de dix bêtes a défoncé la barrière de son pâturage avant de foncer vers la Venoge, en amont de la gare CFF du village. Arrivées dans un étranglement, elles n'ont eu d'autre choix que de sauter dans l'eau glacée. «Elles devaient vraiment être affolées.»

Jeudi peu avant midi, un hélicoptère de la société gruérienne Swiss Helicopter a hélitreuillé trois cadavres, environ six cents mètres en aval du lieu où elles sont entrées dans la rivière. Malgré les recherches, l'éventuel dernier cadavre n'a pas pu être localisé. En observant l'opération depuis la rive, Olivier Duperrut confiait à 24heures qu'il apprécierait grandement que le propriétaire du chien - si c'est bien un chien qui a effrayé le troupeau - se dénonce. «Je ne crois plus au Père Noël, mais ça me ferait du bien de savoir ce qui s'est passé. On fait tous des c...eries parfois - moi le premier - mais derrière, il faut assumer.»

L'incident a par ailleurs nécessité l'action de plusieurs corps d'intervention: Police cantonale, plongeurs de la Brigade du lac et sapeurs-pompiers du SPSL et SDIS Région Venoge.

Créé: 07.11.2019, 13h15

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hong Kong: un pays, deux systèmes
Plus...