Des dizaines de classes ont visité la ferme de la zoophile

Monthey (VS)Une mère de famille chablaisienne a été condamnée pour des actes sexuels sur des animaux. Le refuge qu’elle dirigeait servait de plateforme pédagogique.

Les animaux hébergés à Monthey ont été replacés sur ordre du vétérinaire cantonal.

Les animaux hébergés à Monthey ont été replacés sur ordre du vétérinaire cantonal.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le reportage photo qui illustre la sortie de classe d’une école privée aiglonne en septembre 2018 et figure sur son site internet montre à quel point la petite ferme montheysanne était appréciée des écoliers. Depuis son ouverture en 2017, ce refuge pour animaux a accueilli plusieurs dizaines de classes de la région.

Car l’endroit se voulait avant tout un lieu pédagogique. Désormais fermé, ce sanctuaire «pour toutes sortes d’animaux, retraités après une vie de labeur, au lourd passé de maltraitance, échappés de l’abattoir», défraie la chronique. Une de ses fondatrices vient d’être condamnée par la justice valaisanne pour des actes de zoophilie. Selon le quotidien «20 minutes», cette mère de famille de 37ans a été filmée plusieurs fois par son compagnon alors qu’elle entretenait des rapports sexuels complets avec des chiens. Son téléphone portable contenait également des images à caractère zoophile.

Élèves sous surveillance

Dans son éden, la trentenaire prônait le contact avec les animaux. À son ouverture, elle annonçait son envie de suivre une formation de zoothérapeute, promotrice du rapport à l’animal dans le traitement de certains troubles chez l’enfant. Les pages et profils internet de cette ferme, désactivés ces derniers jours, mettaient en avant ces visées pédagogiques.

Municipal en charge de l’Enseignement à Monthey, Éric Borgeaud confirme qu’une vingtaine de classes de la ville a profité de cet espace de 10000 m2. «Les visites se sont déroulées en compagnie de la responsable pédagogique de la ferme (ndlr: une autre personne que la fondatrice condamnée) et toujours en présence des enseignants. Aucun dérapage n’a été observé.»

«Nous avons récupéré tous les animaux de leur «ferme» et tous en bien triste état! Deux d’entre eux ont été euthanasiés»

Des actes zoophiles ont-ils été commis sur les lieux, voire sur les animaux qui y étaient hébergés? La procureure en charge de l’affaire ne répond pas, renvoyant à l’ordonnance pénale qu’elle a prononcée. Reste que tous les pensionnaires ont été replacés dans un refuge situé à Martigny – la Bouche qui rit –, sur ordre du vétérinaire cantonal. «Tenu au secret de fonction», ce dernier ne commente pas l’affaire. «Notre office a pris toutes les mesures nécessaires afin de rétablir la conformité de la situation», indique-t-il. Sur les réseaux sociaux, la responsable du refuge martignerain, Wendy Pichard, a toutefois laissé éclater sa colère: «Une horreur! Nous avons récupéré tous les animaux de leur «ferme» et tous en bien triste état!» Au téléphone, la Valaisanne nous explique que les animaux étaient «rachitiques et remplis de parasites. Deux d’entre eux ont été euthanasiés.» Les autres ont repris du poil de la bête, comme en attestent les photos partagées sur la page Facebook du refuge.

La loi prévoit-elle des mesures pour empêcher que les auteurs d’actes sexuels envers des animaux puissent sévir à nouveau? Là encore, pas de réponse ferme de la procureure, qui précise toutefois: «Il existe une impossibilité d’exercer qui s’applique plus généralement aux auteurs de violences envers des êtres humains. Il n’est pas exclu qu’elle puisse être appliquée également dans un tel cas.»

Créé: 03.12.2019, 06h43

Ce que dit la loi en Suisse

La fondatrice du refuge montheysan et son compagnon, qui a filmé ses ébats avec leur chien, ont écopé de 80 jours-amendes avec sursis et de 500francs d’amende. En Suisse, les actes qui leur ont été reprochés contreviennent à la fois à la loi sur la protection des animaux et à la législation en matière de pornographie.

La première n’évoque pas explicitement l’acte sexuel. Mais indique que «personne ne doit de façon injustifiée causer à des animaux des douleurs, des maux ou des dommages, les mettre dans un état d’anxiété ou porter atteinte à leur dignité d’une autre manière.

Le Conseil fédéral interdit les autres pratiques sur des animaux qui portent atteinte à leur dignité.» L’article 197 du Code pénal rend illégal la fabrication, la diffusion ou l’obtention par voie électronique ou autre d’images contenant des actes d’ordre sexuel avec des animaux. Dans les deux cas, une peine privative de liberté de 3 ans au plus ou une peine pécuniaire peuvent être prononcées.

Les conséquences légales de rapports sexuels avec des animaux ainsi que de la consommation d’images pornographiques varient d’un pays à l’autre. La plupart ne condamnent de telles pratiques que depuis quelques années, comme le Royaume-Uni (2003), la Norvège (2008) ou les Pays-Bas (2010).

D’autres États ne possèdent pas de législation idoine, bien que les lois de protection des animaux soient souvent invoquées dans ces affaires. Ainsi, en Finlande, la zoophilie est légale tant qu’aucune blessure physique n'est infligée à l’animal.

Articles en relation

Zoophilie: un mineur s'en prend à un veau

Argovie Un jeune a admis avoir commis des actes sexuels sur un veau à Obermumpf. La bête avait dû être soignée par un vétérinaire. Plus...

Des soldats soupçonnés d'avoir poussé à la zoophilie

Centrafrique Paris promet de faire la lumière sur les accusations de sévices par des soldats et des Casques bleus dans le pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...