Passer au contenu principal

Une dispute de couple vire au drame

Un jeune Portugais est mort vendredi dans un logement du villagede La Sarraz. Sa compagne, retrouvée blessée au couteau, lui avait demandé une pause.

Le drame s'est produit dans le bâtiment voisin du cinéma, en face de la gare de La Sarraz (VD).
Le drame s'est produit dans le bâtiment voisin du cinéma, en face de la gare de La Sarraz (VD).
CLAUDE BÉDA

Il aurait dû passer le week-end de l’Ascension en France. Mais il avait décliné la proposition de ses parents. Ce jeune Portugais de 24 ans a été retrouvé mourant vendredi peu après midi dans l’appartement de ses géniteurs, en face de la gare de La Sarraz, dans la région de Cossonay (VD). Malgré une tentative de réanimation, l’homme est mort sur place. Dans l’immeuble, les enquêteurs ont retrouvé sa compagne, une Suissesse de 25 ans habitant à Chavornay, grièvement blessée à l’arme blanche. Elle a été emmenée au CHUV. Ses jours ne sont plus en danger. C’est le concierge de l’immeuble qui a alerté la police. «Elle a dévalé les escaliers de l’immeuble en sang et en hurlant», raconte une occupante du bâtiment.

L’ambulance était vide

À l’extérieur, les habitants n’ont pas perçu tout de suite la tragédie qui se déroulait dans l’immeuble. «J’allais acheter mon repas de midi quand j’ai vu arriver les voitures de police et les deux ambulances, raconte la vendeuse d’un commerce situé à proximité. L’une est repartie à vide. J’ai compris alors qu’il était arrivé quelque chose de très grave.» Les enquêteurs sont restés longuement sur place, la levée du corps n’ayant été effectuée qu’au retour des parents, en fin de journée vendredi. L’appartement, sous scellés de la police scientifique, est désormais inoccupé.

Dans le village, notamment au sein de la communauté portugaise, c’est le choc. «C’est dramatique, rien n’indiquait qu’ils puissent en arriver là, réagit Fernando Santos, gérant du cinéma voisin. Tout semblait bien aller dans leur couple. Ils venaient deux ou trois fois par mois au cinéma, main dans la main. Mais ils payaient séparément leur dû. Chaque fois qu’il passait devant le cinéma, il me saluait. C’était quelqu’un de poli et de bien élevé. Cela me fait de la peine qu’il ne soit plus là. La fille, je la connaissais moins bien.» «Moi, je ne les ai jamais vus dans notre établissement», relève la serveuse du Restaurant-Pizzeria Le Casino, tout proche.

Le drame s'est déroulé dans le bâtiment attenant au cinéma. Le gérant de la salle, Fernando Santos, qui connaissait le couple, est sous le choc.Image: VANESSA CARDOSO
Le drame s'est déroulé dans le bâtiment attenant au cinéma. Le gérant de la salle, Fernando Santos, qui connaissait le couple, est sous le choc.Image: VANESSA CARDOSO

Les causes du drame ne sont pour l’heure pas formellement établies. L’intervention d’une tierce personne semblant exclue, la thèse de la dispute de couple est la plus plausible. «Elle lui avait demandé une pause d’une semaine pour réfléchir à leur relation», confie une amie de la compagne du jeune Portugais retrouvé mort. Tous deux étudiants, ils étaient ensemble depuis trois ans, selon cette dernière. Sa copine venait régulièrement de Chavornay pour le retrouver dans la maison de ses parents. «Je pense qu’il l’a blessée avant de se donner la mort», estime une voisine. C’est également l’avis de la majorité du voisinage.

Dispositif «impressionnant»

«Toutes les pistes restent néanmoins ouvertes», commente Cédric Pittet, porte-parole de la police cantonale. La procureure de service s’est rendue sur place. Sous sa direction, les investigations sont menées afin de déterminer les circonstances exactes du drame. Elles sont conduites par les inspecteurs de la division criminelle et la brigade scientifique de la police de sûreté.

Ce drame a nécessité l’intervention de deux ambulances, de deux médecins du Centre universitaire romand de médecine légale, de quatre patrouilles de la gendarmerie, de la police scientifique, de la division criminelle de la sûreté ainsi que de l’équipe de soutien d’urgence.«C’était vraiment impressionnant», commente l’un de ses occupants.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.