Une faille informatique a frappé la Confédération

SuisseDe 2014 à 2017, une défaillance a frappé l'informatique fédérale. Elle aurait pu permettre un accès non autorisé à certaines applications.

Il n'existe aucun indice d'infiltration, mais le Conseil fédéral ne peut l'exclure.

Il n'existe aucun indice d'infiltration, mais le Conseil fédéral ne peut l'exclure. Image: Archives/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le 27 janvier, des spécialistes de la Confédération ont constaté une défaillance du service d'accès à certaines applications, explique le gouvernement dans sa réponse publiée jeudi à une interpellation du conseiller national Marco Romano (PDC/TI).

L'erreur a été supprimée définitivement le 9 février. Des mesures internes ont en outre été prises afin d'améliorer le contrôle de la qualité des modifications effectuées sur le système d'accès.

Le ministre des finances Ueli Maurer a pris connaissance de la situation le 15 février et le Conseil fédéral en a pris acte dans le cadre du rapport annuel sur la sécurité.

Confidentiel

La défaillance concernait un nombre limité d'applications, qui nécessitent une procédure d'accès particulière. Pour des raisons de sécurité, le gouvernement refuse de rendre publique la liste des applications et des départements concernés.

Les informations sur la panne ont été communiquées en interne et ont été classées «CONFIDENTIEL». Les responsables de l'informatique et de la sécurité des départements et de la Chancellerie fédérale ont été informés au plus vite.

Pas exclu

Selon le Conseil fédéral, aucun indice ne prouve que la faille a été exploitée pour des infiltrations de la part d'usagers non autorisés. Mais il est impossible de le vérifier complètement et donc de l'exclure, car les enregistrements du service d'accès sont insuffisants.

Il n'existe aucun indice d'une infraction d'ordre pénal ou disciplinaire qui ait conduit à la faille de sécurité. L'Office fédéral de l'informatique et de la télécommunication a donc estimé qu'une enquête administrative n'était pas nécessaire. (ats/nxp)

Créé: 31.08.2017, 10h55

Articles en relation

Une cyberattaque touche des milliers d'ordinateurs

Informatique Des entreprises du monde entier ont été touchées par des attaques rappelant le mode opératoire du WannaCry. Une faille de Windows a été exploitée. Plus...

Une cyberattaque «sans précédent» dans le monde

Informatique L'attaque de grande ampleur qui a frappé une centaine de pays n'a pas touché la Suisse. Une faille dans les systèmes Windows a été exploitée. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...