Passer au contenu principal

«Face au djihad, l’atomisation de nos polices nous affaiblit»

Expert en sécurité, l’ancien commandant de la police vaudoise pointe les atouts et les faiblesses de la Suisse.

Pierre Aepli: «Le morcellement de nos polices est pénalisant. Les tailles critiques ne sont pas atteintes.»
Pierre Aepli: «Le morcellement de nos polices est pénalisant. Les tailles critiques ne sont pas atteintes.»
Odile Meylan

Son expérience de policier, son intérêt pour l’histoire et la géopolitique, son expertise en politique de sécurité pour la Suisse et les institutions européennes font de Pierre Aepli, 74 ans, un observateur attentif du risque terroriste. L’an dernier, l’ancien commandant de la police cantonale vaudoise publiait un ouvrage sur l’Occident à l’épreuve de nouvelles menaces. Les questions que pose l’islam à notre société font l’objet d’un chapitre important de cet essai nourri des missions que l’auteur a réalisées en Bosnie, en Palestine et en Libye. Quelles leçons la Suisse peut-elle tirer de l’attentat contre Charlie Hebdo? Est-elle préparée à un acte de violence islamiste sur son territoire? Celui qui dirigea le dispositif sécuritaire lors du G8 d’Evian pointe les atouts et les faiblesses de la Suisse. Il plaide pour un nouveau contrat social avec les musulmans de Suisse.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.