«Il existe une gauche qui rejette Prévoyance 2020»

Assurances socialesLe référendum contre la réforme des retraites a été déposé. Avec 70 000 signatures, les opposants montrent les muscles.

Alessandro Pelizzari, membre du comité référendaire.

Alessandro Pelizzari, membre du comité référendaire. Image: Paolo Battiston

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«64 ans, c’est bien assez; non au paquet Berset». Une trentaine d’opposants à la Prévoyance 2020 ont donné de la voix jeudi lors du dépôt du référendum. Ils veulent monter que la gauche est divisée sur cette grande réforme des retraites en votation le 24 septembre. Deux éléments restent en travers de la gorge des référendaires: la hausse de l’âge de la retraite des femmes et la baisse des rentes dans le deuxième pilier. Interview d’Alessandro Pelizzari, membre du comité référendaire.

Vous avez récolté 70 000 signatures en trois mois. Est-ce la preuve d’une grogne populaire contre ce projet?

Ce succès ne me surprend pas. On l’a vu au mois de mars déjà lors des votes internes dans les syndicats, les scores étaient extrêmement serrés. Il existe une partie de la gauche qui ne comprend pas pourquoi son horizon politique devrait se résoudre à soutenir le moindre mal, à se ranger derrière des projets qui ne sont pas des projets de gauche au seul argument de se dire qu’on évite le pire. Nous devons défendre les droits élémentaires des salariés que nous représentons. La gauche syndicale que je représente s’est fait la porte-parole de cette grogne.

Alain Berset insiste sur le fait que toute alternative serait pire. Ça ne vous inquiète pas?

Mais il ne s’agit pas d’une réforme de gauche! C’est un projet qui a intégré l’essentiel des revendications de la droite à commencer par la hausse de l’âge de la retraite des femmes et la baisse du taux de conversion dans le deuxième pilier. Que se passerait-il en cas de rejet le 24 septembre? Nous resterions au statu quo qui est meilleur pour les retraités, les salariés et les femmes. Et nous pourrions travailler sur un projet qui renforce le premier pilier, comme le demandait l'initiative AVS plus.

N’êtes-vous pas mal à l’aise de faire campagne contre ce projet avec l’UDC et le PLR?

Nous ne sommes pas en campagne avec le PLR et l’UDC. Si nous avons saisi le référendum, c’est justement pour montrer qu’il existe un non de gauche à cette réforme des retraites. Nous n’avons absolument aucun argument en commun avec la droite qui combat ce projet parce qu’il ne va pas assez loin à son goût. Elle veut démanteler le premier pilier alors que nous voulons le renforcer. D'ailleurs, vous pourriez poser la même question aux syndicats qui font campagne avec une partie du monde patronal et des assurances pour défendre la Prévoyance 2020. (TDG)

Créé: 06.07.2017, 17h25

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Tessin uni derrière Cassis
Plus...