Passer au contenu principal

SuisseL'étiquetage des fourrures sera plus transparent

La Suisse est le seul pays qui connaît une réglementation sur les produits de pelleteries mais des lacunes subsistent .

Le mode de production de la fourrure devra être indiqué de manière visible sur l'étiquette.
Le mode de production de la fourrure devra être indiqué de manière visible sur l'étiquette.
Keystone

Les fourrures seront étiquetées de manière plus transparente dès le 1er avril. Le Conseil fédéral a fixé mercredi à cette date l'entrée en vigueur de la révision de l'ordonnance sur la déclaration des fourrures. Les clients sauront précisément ce qu'ils achètent.

Les fourrures issues d'animaux devront porter explicitement l'indication «fourrure véritable», ce qui permettra aux acheteurs de différencier immédiatement une peau authentique d'une fourrure synthétique.

Le mode de production de la fourrure sera indiqué de manière visible sur l'étiquette. Celle-ci devra mentionner si la pièce provient d'un animal chassé ou élevé de manière clairement contraire à la loi sur la protection des animaux ou à celle sur la chasse (chasse avec des pièges ou élevage en cage sur sol grillagé).

Si les informations sur l'origine des fourrures ne peuvent pas être obtenues, la déclaration devra indiquer «origine inconnue - peut être issu d'un mode d'élevage ou d'un type de chasse non autorisé en Suisse». Cette façon de faire permettra aux consommateurs de renoncer à l'achat de produits qui ne correspondent pas à leurs exigences en matière de protection des animaux.

Lacunes

La Suisse est le seul pays qui connaît une réglementation sur les produits de pelleteries. L'ordonnance sur la déclaration des fourrures est en vigueur depuis 2013. Les contrôles effectués par l'Office fédéral des affaires vétérinaires (OSAV) ont montré, ces dernières années, ce qu'il fallait encore améliorer. Cette modification de l'ordonnance se fonde sur le bilan de ces contrôles.

Un rapport publié par l'OSAV l'été dernier montrait que des lacunes subsistent dans la déclaration des fourrures par de nombreuses boutiques et magasins spécialisés en Suisse. Près de trois quarts des contrôles ont donné lieu à des contestations.

Dans 86 cas, les manquements ont pu être corrigés dans le délai imparti de 30 jours. Trente points de vente se sont acquittés d'une amende. La Confédération a lancé une procédure pénale contre six magasins n'ayant pas obtempéré.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.