Passer au contenu principal

«Pour endiguer les coûts de la santé, il faut moins de médecins»

Ex-chef de clinique au CHUV ancien médecin cantonal bernois, Jan von Overbeck livre cinq recettes contre la hausse des primes.

Au chevet du système de santé suisse, le Dr Jan von Overbeck propose ponctions et remèdes de cheval.
Au chevet du système de santé suisse, le Dr Jan von Overbeck propose ponctions et remèdes de cheval.
Keystone

Jan von Overbeck, 64 ans, a un parcours étonnant. Il a été chef de clinique au CHUV et à l’Hôpital de l’Île, il a pratiqué la télémédecine, a roulé sa bosse en Afrique, a travaillé pour la grande assurance privée Swiss Re et a été médecin cantonal bernois avant de prendre une retraite anticipée. Il connaît donc bien notre système de santé et ses tares. Et il n’a pas sa langue dans sa poche. Il estime que les Suisses sont bien soignés mais que le système coûte les yeux de la tête. Choqué par le combat des lobbies et l’impuissance des politiques, il souhaite qu’un grand débat national sans œillères s’ouvre.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.