Les émissions de CO2 sur les billets d'avions

SuisseLe Conseil fédéral a exposé plusieurs mesures pour la protection du climat. Les émissions de CO2 devront notamment être indiquées dans les offres de billets d'avion.

Selon le gouvernement, le réchauffement climatique doit être affronté par des mesures transversales et des incitations par les prix.

Selon le gouvernement, le réchauffement climatique doit être affronté par des mesures transversales et des incitations par les prix. Image: Archives/Photo d'illustration

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les émissions de CO2 devraient être déclarées sur les billets d'avion. Le Conseil fédéral soutient cette proposition lancée par le conseiller national Jacques Bourgeois (PLR/FR). Il la juge plus efficace qu'un «voler nuit au climat» sur les publicités.

Différents outils disponibles sur Internet permettent d'ores et déjà aux passagers de calculer les émissions de CO2 générées par leur voyage. Ces calculateurs ne reposent toutefois pas sur une méthodologie uniforme, explique le gouvernement dans sa réponse publiée lundi à la motion du libéral-radical.

Le Conseil fédéral se dit prêt à élaborer, en collaboration avec les milieux concernés, une méthode scientifique de calcul à l'intention des compagnies aériennes. Les émissions de CO2 ainsi calculées devront également être indiquées dans les offres de billets d'avion.

Pas comme le tabac

Le gouvernement juge en revanche disproportionnée et inefficace la mesure proposée par les Verts. Dans une motion, ces derniers demandent d'obliger toute publicité ayant un lien avec le transport aérien de comporter un bandeau grand format alertant sur les impacts nocifs pour l'environnement, à l'image de ce qui se fait pour le tabac.

Le réchauffement climatique doit être affronté par des mesures transversales et des incitations par les prix. Une myriade de réglementations branche par branche telle qu'une mise en garde sur les publicités des compagnies aériennes aboutit à des redondances et à d'importants coûts de mise en oeuvre, fait valoir le Conseil fédéral.

L'apport informatif de ces mises en garde serait de plus assez pauvre. Enfin, le coût du contrôle de la conformité des mises en gardes affichées, surtout dans la publicité numérique, serait extrêmement élevé.

Respecter les compétences

Dans la même veine, le gouvernement ne juge pas nécessaire de déclarer l'état d'urgence pour lutter contre le réchauffement climatique. Samira Marti (PS/BL) demande que de nouvelles législations aux niveaux communal, cantonal et fédéral ne soient mises en place que si elles ne sont pas à l'origine de davantage d'émissions de gaz à effet de serre ou s'il est prouvé que de nouvelles émissions seront compensées à 100 %.

Le Conseil fédéral doit respecter l'obligation d'appliquer la répartition des compétences entre Confédération, cantons et communes. Il estime plus judicieux d'amorcer la transition vers une société plus soucieuse du climat et des modes de production plus faibles en carbone.

Et les jeunes ?

Le gouvernement s'en remet au Parlement qui traite de la révision de la loi sur le CO2 et peut définir des mesures supplémentaires ou plus ambitieuses. C'est aussi aux Chambres de décider comment les préoccupations des jeunes pour le climat doivent être prises en compte. Le Conseil fédéral répond de la sorte à Rosmarie Quadranti (PBD/ZH) qui demande un rapport sur la manière d'associer les jeunes manifestants aux travaux en cours.

Le gouvernement estime en faire assez pour promouvoir l'utilisation des transports publics par les jeunes. Fabian Molina (PS/ZH) souhaiterait leur offrir un abonnement général gratuit.

Favoriser le bois

Enfin, le Conseil fédéral est favorable à une exploitation plus durable du bois-énergie, répond-il à une motion d'Erich von Siebenthal (UDC/BE). Elle permettrait potentiellement de fournir 2 millions de m3 de bois ou 5,4 TWh d'énergie primaire.

L'énergie du bois est la deuxième source d'énergie indigène de la Suisse, après la force hydraulique. Mieux exploiter le potentiel qu'elle offre permettrait à la fois d'accroître l'indépendance énergétique de la Suisse vis-à-vis de l'étranger et de réduire les émissions de CO2, estime Eric von Siebenthal dans sa motion acceptée par le gouvernement. (ats/nxp)

Créé: 03.06.2019, 11h31

Articles en relation

L'écologie progresse, auprès de l'UDC aussi

Suisse Un sondage Tamedia montre une poussée des Verts et Vert'libéraux. La question du climat divise les électeurs de l'UDC. Plus...

Climat: 80 pays prêts à agir davantage

ONU L'émissaire de l'ONU pour le climat affirme que 80 pays sont prêts à revoir leurs engagements à la hausse. Plus...

Zurich refuse de déclarer l'état d'urgence climatique

«Grèves du climat» La Ville de Zurich a répondu mardi à une pétition déposée par des jeunes activistes, portant sur les mesures de lutte face au réchauffement climatique. Plus...

Avec le réchauffement, les arbres meurent plus vite

Climat Une étude démontre que la hausse des températures réduit la durée de vie des arbres, les rendant moins efficaces pour lutter contre les émissions de CO2. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.