Des emballages bio-sourcés pour la viande

SuisseVendre la viande empaquetée dans du plastique fabriqué à partir de maïs ou de betteraves serait possible, mais les distributeurs restent sceptiques.

Les matériaux d'origine biologique sont plus mauvais en matière de bilan écologique que le plastique classique.

Les matériaux d'origine biologique sont plus mauvais en matière de bilan écologique que le plastique classique. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour les amateurs de produits carnés, il existe la possibilité de réduire l'impact sur l'environnement en optant pour des emballages moins polluants, des bioplastiques fabriqués à base de plantes. Les grands acteurs du commerce de détail en Suisse restent néanmoins prudents.

La viande s'abîme vite et demande des conditions d'hygiène très élevées. Pour cette raison, sa consommation implique des emballages conséquents. Mais il existe des possibilités d'emballages plus durables. D'après une étude de l'institut Management Center Innsbruck (MCI), des emballages plus verts sont possibles.

Les emballages fabriqués à base végétale sont aussi efficaces que les matériaux habituellement utilisés. Les auteurs de l'étude ont analysé les emballages MAP (Modified Packaging Atmosphere), dans lesquels la viande est emballée sous atmosphère protectrice.

Les tests se sont portés sur le plastique classique et le plastique bio-sourcé, fabriqué à partir de maïs ou de betteraves, des matériaux plus facile à recycler. «Les emballages à base de plantes ont fonctionné tout aussi bien que les matériaux classiques», a indiqué la professeure Katrin Bach. Les tests ont prouvé que le type d'emballage utilisé n'a pas d'influence sur la qualité de la viande.

Bioplastique encore rare

Chez les détaillants Migros et Coop, il est encore impossible de trouver de la viande dans des emballages fabriqués à base végétale. «Depuis plusieurs années, nous suivons le développement de ces matériaux à base de plantes», affirme Cristina Maurer, porte-parole de Migros.

Jusqu'à présent, les matériaux d'origine biologique sont nettement plus mauvais en matière de bilan écologique que le plastique classique. D'une part, la fabrication de ce type de matériaux requiert bien plus d'énergie et d'autre part, il concurrence la production à visée alimentaire. «Les coûts, la qualité et le traitement jouent un rôle important», a indiqué Cristina Maurer.

Chez Lidl, le constat est similaire. «En dehors des emballages fabriqués à partir de fibres, nous n'avons actuellement aucun de nos produits en marque propre emballés dans des emballages biosourcés», a indiqué le magasin à bas prix.

Depuis l'an dernier, des matériaux à base de fibres, en papier et carton sont utilisés pour l'emballage des produits carnés de la marque «Deluxe». L'arrière de l'emballage est composé de carton, qui est recouvert d'une feuille de plastique. Cela rend la séparation entre les deux matériaux plus simple.

Difficile à décomposer

Aldi Suisse étudie également des alternatives possibles aux emballages habituels pour la viande, assure son porte-parole Philippe Vetterli. Mais la biodégradabilité réelle dans les centres de compost et de biogaz suscite des critiques envers les plastiques à base végétale.

«Le plastique à base de matériaux renouvelables n'est pas forcément rapide à décomposer», affirme Philippe Vetterli. Se pose également la question éthique d'utiliser des matériaux comestibles comme le maïs pour l'emballage.

«Une alternative valable, qui est à peine possible économiquement aujourd'hui, serait de fabriquer du plastique à base végétale à partir des déchets de l'agriculture», explique Philippe Vetterli. À l'avenir, on pourrait ainsi fabriquer des emballages à partir de racines de chicorée ou de cosses de graines de tournesol.

Katrin Bach admet ces critiques: «en matière de durabilité, il n'y a jamais une réponse définitive, seulement des pas à faire vers une solution plus respectueuse de l'environnement».

Ceux qui veulent malgré tout renoncer aux emballages plastiques à usage unique ont toutefois une solution: se présenter au rayon boucherie avec leur propre récipient, explique la porte-parole. (ats/nxp)

Créé: 17.02.2020, 14h27

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...