Les élus sauvent la peau du français à l'école

LucerneUne initiative réclame de limiter le programme primaire à une seule langue étrangère. C'est le peuple qui devrait trancher.

Cours de français dans une école alémanique.

Cours de français dans une école alémanique. Image: Illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parlement lucernois veut que l'anglais et le français continuent d'être enseignés à l'école primaire. Il a rejeté lundi, par 72 voix contre 42, l'initiative intitulée «Une seule langue étrangère à l'école primaire». Le peuple aura le dernier mot et sera probablement appelé à se prononcer en septembre.

L'initiative exige qu'une seule langue étrangère soit enseignée à l'école primaire, ce qui nécessite une révision de la loi scolaire. Actuellement à Lucerne, l'anglais est enseigné dès la 3e année primaire et le français dès la 5e.

Le parlement a rejeté l'initiative car elle est en contradiction avec l'harmonisation scolaire dans l'ensemble de la Suisse. De plus, le texte ne précise pas quelle langue devrait être enseignée. Le législatif estime aussi qu'il faut éviter une nouvelle réforme scolaire, inévitable en cas d'acceptation de l'initiative. Seul le groupe UDC a voté en bloc pour l'initiative.

La loi sur l'harmonisation scolaire prévoit que les élèves commencent à apprendre une première langue étrangère en 3e primaire au plus tard et une deuxième en 5e. Au moins l'une des deux doit être une langue nationale.

Trop pour les écoliers

Pour les initiants, apprendre deux langues étrangères, c'est trop demander aux élèves de l'école primaire. Ils préconisent plutôt de renforcer l'enseignement de l'allemand et des mathématiques, notamment. L'initiative a abouti avec plus de 7000 signatures, alors que 4000 sont nécessaires.

En décembre dernier, le gouvernement lucernois avait lui aussi proposé de rejeter l'initiative. Le Conseil d'Etat est favorable à l'harmonisation du système scolaire et ne veut pas faire de Lucerne un îlot isolé. Apprendre deux langues étrangères n'est pas une surcharge de travail pour les écoliers.

Initiatives et votations

Des initiatives similaires, qui visent le plan d'études alémanique («Lehrplan 21») ont abouti dans plusieurs autres cantons alémaniques. En plus des Lucernois, les Bernois devront aussi bientôt prendre position. Les Argoviens votent le 12 février sur l'initiative «Oui à une bonne école» qui vise à empêcher l'introduction du «Lehrplan 21».

En novembre 2016, les citoyens des cantons de Schaffhouse et de Thurgovie ont nettement rejeté des initiatives contre le «Lehrplan 21». En Thurgovie, le parlement devra toutefois encore se prononcer sur le plan d'études cantonal. Le gouvernement a présenté deux versions: l'une intègre le français au niveau primaire, l'autre ne prévoit son enseignement qu'à partir du secondaire.

A Bâle-Campagne, les citoyens ont refusé une initiative exigeant que le plan d'études scolaire soit soumis au parlement. Dans le canton de Schwytz, l'initiative des opposants au «Lehrplan 21» a été déclaré irrecevable. Saisi par les initiants, le Tribunal fédéral a donné raison aux autorités cantonales.

Enfin, à Saint-Gall en septembre 2016, les citoyens ont refusé une initiative exigeant que le canton se retire du concordat scolaire intercantonal Harmos. (ats/nxp)

Créé: 30.01.2017, 14h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Ukrainiens se choisissent un humoriste comme président
Plus...