Un éleveur valaisan se fait voler une quarantaine d’agneaux avant Pâques

Evionnaz (VS)Des malfrats s’en sont pris à une bergerie d’Evionnaz (VS). L’exploitant qui a fait la découverte lundi est dépité.

Destinés à l'abattoir, les agneaux étaient en train d'engraisser. (photo d'illustration)

Destinés à l'abattoir, les agneaux étaient en train d'engraisser. (photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Je ne crois pas qu’on va les retrouver. Ils sont peut-être déjà découpés dans une chambre froide.» Nicolas Boven s’est fait dérober une quarantaine d’agneaux, à quelques jours du week-end pascal. L’éleveur valaisan, basé à Evionnaz, a constaté le vol lundi. C’est un voisin qui l’a averti de mouvements de voitures nocturnes les jours précédents, à proximité de son exploitation située en bordure de village. «Nous ne comptons pas nos agneaux tous les jours, précise Nicolas Boven. Il y en a beaucoup et ils sont souvent couchés les uns sur les autres. Mais là, nous l’avons fait et il en restait 137 sur 180 dans la bergerie.»

Pour l’éleveur, les malfrats ont agi sur plusieurs jours. «Je ne les vois pas être venus avec une bétaillère. Ils ont dû les embarquer petit à petit, en plusieurs nuits. Nous n’avons rien vu», reconnaît le Valaisan. Et ce d’autant plus que les voleurs ne sont pas entrés par effraction, l’exploitation étant ouverte. Le chien de garde sur lequel comptait Nicolas Boven n’a rien fait pour empêcher le larçin. «J’ai pourtant un patou censé protéger les agneaux mais il n’a pas réagi apparemment. Il défend bien son territoire mais peut-être que c’était quelqu’un qu’on connaît», s’interroge l’Evionnard.

«Ça fait mal»

Ce dernier ne peut aussi qu’avancer des hypothèses quant aux motivations des voleurs. «En cette période de Pâques, c’est sans doute pour les revendre. Il doit y avoir un gros marché là-dessous», suppose Nicolas Boven. L’exploitant a porté plainte mais il ne se fait que peu d’illusions. «Les agneaux n’ont rien pour les retrouver à part une boucle d’oreille qui s’arrache facilement. Ce n’est pas comme un chat», illustre-t-il.

Le Valais a déjà été touché par un vol massif de moutons. En 2014, 103 bêtes de race Saas avaient disparu dans la vallée du même nom. Seuls six ovins avaient été retrouvés en Italie, les autres étant passés à l’abattoir. Il s’agissait toutefois d’une espèce rare. Les agneaux volés à Evionnaz sont plus classiques. Mais Nicolas Boven, à la tête d’un troupeau d’un millier de moutons, accuse le coup. La quarantaine de disparus était en train d’engraisser à la bergerie, avant de finir en boucherie. Leur prix moyen s’élève à 300 fr. par individu. «J’ai repris en début d’année l’exploitation de mon beau-père, je commence bien, soupire-t-il. On les élève depuis la naissance et des voleurs se servent, ça fait mal.»

Meilleure sécurité

Ce n’est en plus pas la première fois que cela arrive, mais jamais de cette ampleur. «Cela peut arriver qu’on nous embarque un ou deux moutons mais quarante ça fait beaucoup.» La sécurité de l’exploitation va donc être revue prochainement. «Nous allons installer des caméras et peut-être prendre un chien plus féroce», prévient Nicolas Boven.

Créé: 17.04.2019, 19h50

Articles en relation

Mystérieuse disparition de moutons à Apples

Énigme Une douzaine de bêtes appartenant à l’exploitation de la gravière ont été volées. Ce n’est pas une première. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jocelyne Haller refuse son élection
Plus...