Passer au contenu principal

Un élevage de 720 taureaux émeut le Val-de-Ruz

Les Verts neuchâtelois dénoncent le «gavage» de taureaux pour satisfaire «une consommation grandissante de viande».

Cinq opposants au projet (de g. à dr.): Rémy Wenger, Pierre-André Pfammatter, Sara et Georges Aligizakis ainsi que Giuliano Viali, habitants de Coffrane.
Cinq opposants au projet (de g. à dr.): Rémy Wenger, Pierre-André Pfammatter, Sara et Georges Aligizakis ainsi que Giuliano Viali, habitants de Coffrane.
Olivier Allenspach

Sur cette plaine qui accueillait jadis une décharge, des gabarits indiquent le lieu de la future construction. C’est là, entre Coffrane et Montmollin (NE), à côté d’une carrière, que devrait être érigée une mégahalle d’engraissement de 720 taureaux. Selon les Verts neuchâtelois, c’est le plus grand projet de ce type en Suisse. Les animaux y passeront environ un an, jusqu’à atteindre quelque 500 kilos. Les autorités cantonales et communales ont donné leur feu vert, malgré une pétition munie de 13'500 signatures. Mais la résistance ne faiblit pas dans le Val-de-Ruz, où 17 recours ont été déposés. Seules notes souriantes dans ce paysage délavé par les giboulées de mars: en bout de vallée apparaît le cirque du Creux-du-Van, et en face la chaîne des Alpes. «Je ne pense pas que les bêtes pourront apprécier la vue», ironise Georges Aligizakis, habitant de Coffrane. Avec quatre autres opposants, il analyse les plans et déplore l’envergure du projet: une halle de 3000 m2, un hangar et deux silos de 25 mètres. «Ces dimensions sont contraires au règlement des constructions, assure Giuliano Viali. Les autorités me déçoivent; il fallait refuser le projet, adapter les règles ou accorder des dérogations en les justifiant.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.