Passer au contenu principal

ElectionsFédérales 2015: faible taux de participation des jeunes

Les chiffres sur le taux de participation des jeunes au scrutin pour le Conseil national montre qu'il a été, comme en 2011, beaucoup plus faible que les autres catégories d'âges.

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

Alors que le taux de participation aux élections fédérales a atteint 48,4%, les premiers chiffres disponibles concernant la participation des jeunes montrent qu'il a été, comme en 2011, beaucoup plus faible.

La moyenne entre Genève, Zurich et Saint-Gall est d'environ 32% pour les élections au Conseil national.

La participation des jeunes électeurs de ces trois villes correspond à celle mesurée lors des élections fédérales de 2011 à travers toute la Suisse. On remarque cependant un grand écart, cette année, entre les deux villes de Suisse alémanique et Genève: le taux est d'environ 35% à Zurich et 33% à Saint-Gall, mais de 26% seulement au bout du lac.

En outre, les jeunes femmes ont été proportionnellement plus nombreuses à participer au scrutin. Une différence d'un point de pourcentage apparaît à Genève chez les 18-29 ans (3% chez les tout jeunes) et de 2,5% à Zurich (18-28 ans). A Saint-Gall aussi, les femmes âgées de 20 à 29 ans ont plus voté que les hommes appartenant à la même tranche d'âge.

Plus réceptives

«Les femmes étaient plus réceptives à notre brochure d'informations lors de la journée nationale du vote des jeunes», confie Barry Lopez, responsable de la communication pour la Suisse romande chez Easyvote. Il précise qu'à Lausanne, elles étaient également plus nombreuses à s'arrêter au stand.

Soulignant que les femmes votent plus lorsqu'elles disposent d'informations, contrairement aux hommes qui se prononcent souvent de manière plus intuitive, Barry Lopez fait valoir qu'en distribuant de la documentation avant l'échéance électorale, Easyvote a supprimé une barrière et ainsi favorisé l'accès aux urnes pour les femmes.

Stopper la chute

Quant à ces 32% de participation des jeunes dans les trois villes mentionnées - les données nationales seront connues au printemps - Barry Lopez considère qu'«au moins, on a stoppé la chute, c'était notre premier objectif». Easyvote ambitionne toujours de faire passer ce taux à 40% d'ici une dizaine d'années.

Au vu des premiers chiffres, Barry Lopez ne désespère toutefois pas de le voir au final dépasser les 32%. Il tient pour encourageant le fait que dans la plupart des cantons romands, les suffrages accordés aux partis de jeunes ont tous grimpé. Sans pour autant s'avancer à dire que ce surplus de voix est plutôt dû aux jeunes électeurs qu'aux anciens.

Prolonger l'effort

L'intérêt politique des jeunes âgés de 15 à 21 est surtout stimulé par les parents. Ils représentent le principal «moteur» pour 50% d'entre eux. L'autre moitié se soucie de la chose publique notamment par l'entremise des enseignants, des amis et des frères et sœurs.

Pour inciter les jeunes à voter lorsqu'ils auront atteint la majorité, Easyvote mise sur l'information et l'éducation. L'organisation veut désormais se concentrer sur les écoles professionnelles et gymnases. A côté des «Politalks», qui offrent l'occasion aux collégiens de débattre avec des politiciens, des projets «très innovants» sont en cours de développement.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.