Passer au contenu principal

Fédérales 2015Les émotions sont une des clés du succès de l'UDC

Selon des spécialistes en communication, le parti, qui a cartonné dimanche, a su jouer sur la peur de ses électeurs mais a aussi réussi à les faire rire.

Le président de l'UDC Toni Brunner et la mascotte du parti, le chien Willy, ont su séduire les électeurs.
Le président de l'UDC Toni Brunner et la mascotte du parti, le chien Willy, ont su séduire les électeurs.
Keystone

L'UDC a massivement utilisé les réseaux sociaux, a osé faire preuve d'auto-dérision et a mobilisé les émotions des électeurs. Ce parti a joué sur la peur de l'immigration, mais il a aussi su faire rire pour gagner de nouveaux électeurs, selon des politologues.

D'après Oscar Mazzoleni, l'UDC a joué avec l'auto-dérision. Elle a su montrer qu'elle pouvait être drôle et enjouée, notamment avec son clip vidéo. «Cela a contribué à son succès auprès d'un électorat qui n'était pas forcément UDC et cela lui a permis de mobiliser de nouveaux électeurs» a déclaré Oscar Mazzoleni.

Une constatation partagée par Werner Seitz, qui a expliqué que «les Verts et les électeurs des autres partis sont sans doute restés à la maison pendant que de nouveaux sympathisants se rendaient aux urnes pour voter UDC».

Une image positive

«Sous l'ère Blocher, l'UDC était un parti qui dirigeait son pouce vers le bas. La génération Facebook ne peut pas être abordée de cette façon», a déclaré le spécialiste en communication Daniel Graf. Avec son clip vidéo «Welcome to SVP» (bienvenue à l'UDC), où l'on voit Christoph Blocher plonger dans une piscine, l'UDC a inversé la tendance.

Le parti a suscité des émotions positives auprès d'un public plus jeune. Daniel Graf reconnaît qu'il est très risqué de jouer avec l'ironie dans une campagne électorale. Mais l'UDC a pu se le permettre avec succès et a diffusé une nouvelle image d'elle-même: celle d'un parti «cool», estime l'expert.

Médias sociaux

Pour parler aux masses, le parti agrarien a utilisé Facebook plus que les autres partis politiques. Il a été davantage visible, notamment sur Internet en s'exprimant sur ses thèmes de prédilection comme l'asile ou la migration. Pour Daniel Graf, il est impossible de faire des nuances sur Facebook, ce qui lui a bien réussi.

Pour autant, «l'UDC est restée très cohérente sur ses lignes politiques et n'a rien lâché par rapport au contenu de son message sur l'immigration» estime Oscar Mazzoleni.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.