Les écureuils et les hamsters ont peur du coronavirus

AlimentationEffrayés par la maladie, les clients des supermarchés suisses ont modifié leurs habitudes de consommation. Ils font des réserves.

Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Suisses ont changé leur cabas d’épaule quand ils font leurs courses au supermarché. Avant le coronavirus, ils ne juraient que par les produits frais, de proximité et de saison. Si possible bio. Mais, depuis quelques semaines, ce sont les responsables des ventes de conserves dans les grands magasins qui retrouvent le sourire. Ils ont en effet repéré une nouvelle espèce de consommateurs, les adeptes des achats écureuil en Suisse romande ou des achats hamster en Suisse alémanique (Hamsterkäufe). Comme ces deux animaux célèbres pour leur capacité frénétique à constituer des réserves, les écureuils et les hamsters actuels empilent des conserves et des produits de première nécessité dans leurs caddies.

La chasse aux conserves

«Nous constatons effectivement une demande accrue de produits de consommation courante, tant sur Leshop.ch que dans les supermarchés Migros. Cette tendance est observée dans toute la Suisse. En haut de la liste des commissions, il y a les conserves, les œufs, le fromage et les aliments pour bébé», détaille Tristan Cerf, le porte-parole de la Fédération des coopératives Migros.

Les conserves sont également très recherchées chez Lidl. « A l’heure actuelle, nous constatons une hausse conséquente de la demande en produits de longue conservation, tels que les conserves ou les pâtes», confirme Corina Milz, à la communication de Lidl Suisse. Et Coop ne dit pas autre chose : «La demande de produits comme les aliments qui ont une longue durée de conservation a augmenté», assure Andrea Bergman, responsable du service Media.

L’approvisionnement est garanti

Y aurait-il un péril justifiant ce changement significatif dans les habitudes de consommation des Suisses? Non, assurent tous les détaillants. Certes, ils ne peuvent pas garantir que nous trouverons toujours notre variété préférée de petits pois extra fins bio suisses au rayon des surgelés, mais il y aura des petits pois dans les supermarchés dans les jours qui viennent.

«Il n’y a pas de goulet d’étranglement », dit-on chez Coop. «Nous disposons de suffisamment de marchandises dans nos entrepôts, nous avons augmenté le nombre de livraisons vers nos filiales, et nous mettons tout en œuvre pour garantir continuellement l’approvisionnement en denrées alimentaires », confirme Corinna Milz chez Lidl. Plus disert, Tristan Cerf de Migros détaille : «Nous voulons assurer l’approvisionnement de la population et nous avons défini, avec l’Office fédéral pour l’Approvisionnement économique du pays (OFAE), un assortiment de base, auquel nous donnerons désormais clairement la priorité, tant dans les activités propres de nos entreprises industrielles que dans la logistique. »

Les réserves de guerre

L’OFAE, parlons-en. Cette officine est chargée de la mission difficile qui consiste à sensibiliser la population à une question peu populaire en temps normal : ce qu’on a appelé les «réserves de guerre», avant de parler de «provisions domestiques» ou de «provisions providentielles», depuis la fin de la Guerre froide. A l’OFAE, où l’on s’intéresse à la question, on a bien «constaté» que «l’intérêt pour les provisions avait augmenté ces derniers jours», quand bien même «l’approvisionnement de la Suisse en denrées alimentaires et en fourrages d’importance vitale est actuellement assuré.»

A l’époque, ces provisions à domiciles avaient été imaginées en prévision d’une guerre, ou alors d’un accident nucléaire, industriel, une cyberattaque, ou encore d’une tempête de neige. Mais avait-on pensé à une épidémie ? «Les réserves économiques servent à dépasser une pénurie, quelle qu’en soit la cause. Les provisions domestiques éviteront bien des mauvaises surprises. Elles garantissent moins de stress et surtout pas de panique», répond Regula Ritz, responsable de la communication à l’OFAE.

Provisions providentielles

Pour les détails, elle renvoie volontiers à la brochure intitulée «Des provisions providentielles», que l’on peut trouver sur Internet*. Ce document existe depuis 1968, et il a été publié dans différentes versions, parce qu’il est régulièrement retravaillé. En effet, les quantités de nourriture et de boissons qu’il est conseillé de stocker chez soi n’ont cessé de changer. L’évolution est invariablement la même : depuis la fin de la Guerre froide, la tendance est à la baisse.

Dans les années 1990, l’OFAE conseillait aux ménages d’avoir sous la main de quoi résister deux semaines sans sortir de chez soi. Et désormais, nous devrions avoir à la maison des réserves de nourriture nécessaires pour tenir sept jours et des boissons pour supporter trois jours de privation. Il faudrait encore intégrer ces réserves dans les provisions normales pour qu’elles soient régulièrement remplacées et qu’elles ne se périment pas. Enfin, certains aliments devraient être consommables sans cuisson, en cas de coupure prolongée d’énergie à domicile.

Cigales et fourmis suisses

Mais ça, c’est la théorie. Car les Suisses se montrent moins fourmis qu’on l’imagine. Une enquête Agroscope, réalisée pour l’OFAE en 2017, en en effet montré qu’un tiers de la population ne serait pas capable de tenir sept jours sans réapprovisionner en nourriture. Les cigales, d’après cette enquête, seraient surtout des citadins, des Romands, des personnes âgées de moins de 40 ans, mais encore les habitants qui ont soit un très bas soit un très haut revenu, et ceux qui ont une formation supérieure.

Il y a gros à parier que ce profil décrit parfaitement les écureuils et les hamsters qui ont envahi récemment les supermarchés du pays. Et qui vont probablement récidiver ce samedi, quand bien même tous les supermarchés et l’OFAE le répètent à l’unisson: « L’approvisionnement de la Suisse en denrées alimentaires d’importance vitale est actuellement assuré».

Brochure des Provisions providentielles ici : https://www.bwl.admin.ch/bwl/fr/home/themen/notvorrat.html

Créé: 28.02.2020, 19h35

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

C'est le week-end: restez chez vous!
Plus...