«Il faut donner la préférence aux travailleurs suisses!»

Libre circulationInfluent membre du PDC Suisse, Gerhard Pfister veut un contre-projet à l’initiative UDC contre «l’immigration de masse». Il pointe la responsabilité de l’économie dans la crispation actuelle

Le PDC zougois Gerhard Pfister en est certain: l'économie et le Conseil fédéral ne peuvent se contenter de dire «non» à l'initiative UDC «contre l'immigration de masse».

Le PDC zougois Gerhard Pfister en est certain: l'économie et le Conseil fédéral ne peuvent se contenter de dire «non» à l'initiative UDC «contre l'immigration de masse». Image: PETER KLAUNZER/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les entreprises suisses doivent mettre en place un système de préférence nationale pour que la population suisse retrouve la confiance dans la libre circulation des personnes. C’est en substance l’idée du président du groupe PDC aux Chambres fédérales. Le Zougois Gerhard Pfister a lancé une petite bombe à la veille de Noël dans les colonnes du Tages Anzeiger.

Pour ce politicien, le plus à droite des démocrates-chrétiens sous la Coupole, la libre circulation des personnes a montré ses effets positifs et il ne les conteste pas. Mais elle n'est pas sans conséquence! Et il faut prendre acte de la défiance actuelle qui s’exprime parmi la population, et qui commence aussi à toucher les milieux économiques.

En effet, dernièrement encore, Rolf Dörig, patron d’Adecco et membre de la direction d’EconomieSuisse, a aussi mis en doute la libre circulation. Gerhard Pfister veut ainsi que le parlement fédéral travaille à un contre-projet direct à l’initiative UDC «contre l’immigration de masse».

«Je propose que les entreprises suisses trouvent un système d’accord de branche, sous l’autorité d’EconomieSuisse, qui interdise de faire venir des travailleurs spécialisés bon marché sans avoir épuisé toutes les possibilités sur le marché du travail en Suisse. Une telle mesure redonnerait la confiance à la population en la libre circulation des personnes, explique Gerhard Pfister.

Il s’agirait donc de n’appliquer la libre circulation des personnes que pour certains secteurs de l'économie. Lorsque la pénurie de main-d’œuvre suisse, spécialisée ou non, est attestée dans la branche en question.

Les responsabilités du Conseil fédéral et de l’économie

Le PDC zougois pose encore deux constats sous forme de critique. Primo, le Conseil fédéral fait une erreur en ne proposant pas de contre-projet à l’initiative UDC. Le gouvernement laisse ainsi croire que la situation actuelle est satisfaisante, alors qu’elle ne l’est pas, souligne Gerhard Pfister.

Secundo, l’économie est la principale responsable. Les entreprises suisses ne peuvent continuer à recruter sans se soucier des conséquences. Sinon, tôt ou tard, la droite comme la gauche enterreront la libre circulation en votation. Gerhard Pfister plaide donc pour cette solution du centre, propre à accorder les besoins de l’économie comme les craintes de la population.

L’UE a intérêt à calmer le jeu

Et l’Union européenne (UE) accepterait-elle une telle solution? Là encore, Gerhard Pfister, en bon PDC, croit aux vertus du compromis. L’UE ne serait peut-être pas ravie de cette solution, mais elle est toujours meilleure qu’un rejet de la libre circulation dans les urnes, explique le Zougois.

L’UE, souligne-t-il encore, devrait reconnaître que la Suisse a accueilli une immigration significativement plus haute que ses propres Etats membres. L’intérêt de tous est donc de ne pas ajouter de la crispation sur le marché du travail suisse, pour l’instant en bonne santé. (nxp)

Créé: 26.12.2012, 13h41

Articles en relation

Le président d’Adecco plaide pour des quotas

Libre circulation La Suisse met en jeu sa cohésion sociale avec une «attitude multiculturelle inconditionnelle», déclare le président de Swiss Life et d’Adecco, également membre de la direction d'economiesuisse. Plus...

La libre circulation n'augmente que peu le revenu par habitant

Immigration Selon une étude de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, les Suisses ne profitent pas directement de l'immigration au niveau de leur revenu. Plus...

Le Conseil fédéral justifie son rejet de l'initiative de l'UDC

Immigration L'initiative de l'UDC «contre l'immigration de masse» n'est pas compatible avec la politique migratoire actuelle de la Suisse. Le Conseil fédéral recommande de la rejeter sans contre-projet. Plus...

«L’UDC propose un cordon sanitaire qui protège le travail»

Immigration Le vice-président de l’UDC Oskar Freysinger défend son initiative «Stop à l’immigration de masse!». Une majorité du parlement, les organisations faitières de l’économie et le Conseil fédéral y sont opposés. Interview. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Human Brain Project avance moins vite qu'espéré
Plus...