Doris Leuthard: «Nous ne pouvons plus continuer à consommer l’énergie comme on l’a fait jusqu’à présent.»

NucléaireLa conseillère fédérale a posé mercredi le premier acte de l’après-nucléaire suisse. Sa «stratégie énergétique 2050» a été acceptée par ses collègues du Conseil fédéral.

Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Est-ce le moment où la conseillère fédérale doit dire à ses concitoyens: «Sans le nucléaire il faudra des sacrifices»?

Oui, le mot «sacrifices» est exact. Nous ne pouvons plus continuer à consommer l’énergie comme on l’a fait jusqu’à présent. Nous devons économiser. Nous devons être plus efficaces. Le chemin commence maintenant avec cette première étape. On ne peut pas prévoir la situation dans quarante ans, mais on sait qu’il faut un changement aujourd’hui.

Peut-on imaginer que la Suisse n’importe que de l’énergie garantie sans nucléaire, comme Genève?

Non, on peut toujours le prétendre politiquement. Mais en réalité le réseau européen est constitué d’un «mix» de sources différentes. Le kilowattheure nucléaire passe la frontière en même temps que le KWh éolien. L’intérêt de la Suisse, c’est d’importer le moins possible. La meilleure carte que nous pouvons jouer, c’est celle de notre production indigène.

Trente milliards de francs pour sortir du nucléaire, n’est-ce pas sous-évalué?

Nos estimations me semblent correctes. Celles de l’EPFZ articulent plus ou moins les mêmes. Je fais confiance aux experts. Mais le coût de réaménagement du réseau n’est pas inclus.

Retrouvez l'interview dans son intégralité dans notre édition de samedi.

Créé: 20.04.2012, 21h24

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève se prépare à affronter le coronavirus
Plus...